Changement climatique : la Corée du Sud tarde à réduire ses émissions de carbone

15 mai


Climate Analytics (institut de recherche sur les politiques de changement climatique basé à Berlin) et Solutions for Our Climate (organisme à but non lucratif basé en Corée) viennent de publier un nouveau rapport sur le climat dans le monde et la part de la Corée du Sud. Il s'agit du tout premier rapport analysant le niveau de la « charge équitable » de la Corée du Sud au titre de l'Accord de Paris.

Des experts internationaux du changement climatique affirment que le pays du Matin clair devra plus que doubler son objectif actuel de réduction des émissions carbones si elle veut assumer sa juste part des réductions prévues dans le cadre de ses engagements pris lors de l'Accord de Paris.


Selon ce document publié le 13 mai, l'objectif (dans le cadre des contributions nationales déterminées) de réduire les émissions à 37 % des niveaux actuels d'ici 2030 est « très insuffisant ». Pour assumer la « charge équitable », il faudrait au moins une réduction de 74%, ou de 70% du niveau de 2017.

Le concept de « charge équitable » correspond au principe des «responsabilités communes mais différenciées », au titre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), en tenant compte de la responsabilité historique des pays en matière de changements climatiques, de la taille de leurs économies et de leur capacité pour réduire les émissions. Compte tenu de ces considérations, la Corée du Sud doit réduire de plus de moitié son objectif d'émissions de gaz à effet de serre pour 2030. Autrement dit, passer de son niveau actuel de 536 millions de tonnes de CO2 à 217 millions de tonnes.


Pour rappel, dans sa feuille de route de 2018 pour la réduction des émissions, le gouvernement sud-coréen a accepté de réduire ses projections de 851 millions de tonnes de niveau d'émissions de 2030, de 276,5 millions de tonnes (32,5%) grâce à des réductions directes dans l'industrie, les bâtiments et le secteur des transports, et de 38,3 millions tonnes (4,5%) grâce à des activités de réduction des émissions étrangères, notamment l'absorption des forêts et les mécanismes de marché.

L'année dernière, une révision du décret d'application de la loi-cadre sur la réduction du carbone et la croissance verte a exprimé cet objectif comme une réduction de 24,4% par rapport aux émissions de 2017, mais cela n'a pas changé le montant réel de la réduction.


Se référant à ce plan de réduction, le rapport indique que si tous les pays du monde suivaient l'exemple de la Corée du Sud, les températures mondiales augmenteraient de plus de quatre degrés au-dessus des niveaux préindustriels.

Le rapport précise par ailleurs que, pour atteindre l'objectif de 1,5 degré de l'Accord de Paris, la Corée du Sud doit relever son objectif de réduction de 2030 à 66% et veiller à ce que les émissions nationales ne dépassent pas 291 millions de tonnes.

Vous pourriez aussi aimer

1 avis