Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

La Corée du Nord de moins en moins isolée

26 juillet


Gmail, Facebook, Amazon, Alibaba, iTunes... Autant de sites qui, pour le commun des mortels, semblerait inacessibles de l'autre côté du 38ème parallèle. Et pourtant, il apparait que la Corée du Nord isole plus qu'elle n'est isolée. Le cercle fermé des familles proches du dirigeant Kim Jong-un, autrement dit les "élites", ont un accès complètement ouvert à Internet. "Ces élites font beaucoup de choses identiques à ce que nous faisons tous les matins en se levant. Ils ne sont pas isolés" explique au Washington Post (25 juillet 2017) Priscilla Moriochi de Recorded Future (RF), une agence américaine spécialisée sur la "menace directe d'Internet".


RF a examiné des données collectées entre le 1er avril et le 6 juillet 2017 sur trois sessions d'Internet capté par Team Cymru, un organisme à but non lucratif de recherche sur la sécurité d'Internet, qui estime qu'elles proviennent de Corée du Nord. Si la collecte de données ne porte très probablement pas sur les connexions Internet des organismes internationaux et des ambassades étrangères, il se peut que des connexions effectuées par des journalistes aient été enregistrées. Il faut souligner que la plupart des journalistes qui se rendent en Corée du Nord publient et discutent très facilement sur des plateformes comme Facebook avec leurs connaissances basées hors du pays.


Alors certes, les 25 millions de nord-coréens ne sont pas en train de publier des gifs et d'écouter Spotify à longueur de journée. Ils sont pauvres et n'ont aucun accès à Internet. Et les quelques 4 millions (estimation) possédant un téléphone portable, ils ne sont que sur le réseau interne développé par le gouvernement baptisé Kwangmyong. Mais selon RF, 65% des élites ayant accès à Internet en profiterait pour jouer (World of Tanks fait un carton), faire des recherches (via la plateforme chinoise Baidu) ou regarder des contenus diffusés en streaming via la plateforme chinoise Youku et iTunes. L'accès se ferait via certaines universités, des centres d'affaires et les foyers des personnalités militaires et de l'exécutif. Et l'accès à l'information est de plus en plus important dans ce pays qui recherche avant tout une isolation totale.


Comment se déroule cet accès ? Via des VPN (virtual private network) selon RF. C'est ainsi qu'a été détectée uneconnexion via un iPad pour accéder à des comptes Gmail, Google Cloud, Facebook et MSN, ainsi qu'à du contenu pour adulte. Un autre accès a également été enregistré pour des achats en bitcoin, une utilisation de Twitter et un chargement de documents sur Dropbox. Les connexions se feraient via des serveurs basés en Inde, en Malaisie, au Népal, au Kenya, au Mozambique et en Indonésie, des pays où des liens gouvernementaux et universitaires existent avec la Corée du Nord.

Concernant les récentes attaques DDOS et cyber-malicious provenant de Corée du Nord, aucun signe d'activité sur la période d'études n'a été repéré, prouvant d'une certaine manière que les agissements ont eu lieu de plateformes extérieures (la Chine et la Malaisie).



Conseil de lecture sur le sujet : North Korea Confidential, par James Pearson et Daniel Tudor, en anglais.
Disponible sur Amazon. En vente à partir du mois d'août sous le nom Capitalist Republic of [North] Korea

Vous pourriez aussi aimer

0 avis