Déjà la fin du boom sud-coréen ?

23.4.13

Comme la Corée du Sud l'a fait avec son voisin oriental (Japon) il y a une quinzaine d'années, la Chine arrive à pas de géant pour mettre à mal le boom sud-coréen et s'imposer sur de nouveaux marchés. Il ne reste plus beaucoup de temps pour que la Corée du Sud se fasse rattraper par l'Empire du Milieu sur des secteurs qu'elle maîtrisait jusque là.

Les chantiers navals ? Le classement voit la Chine (China CSSC Holding) passer de plus en plus fréquemment devant les chantiers des grands constructeurs coréens implantés du côté de Busan (Hyundai Heavy Industries, Daewoo Shipbuilding, etc.). 

L'électronique ? Samsung Electronics a encore quelques belles années devant lui, mais 2020 sera une année cruciale pour de nombreux experts, au regard de la montée en flèche des produits Made in China. Huawei, HTC ou Lenovo seront les grands noms de l'électronique autour du globe d'ici 5 à 10 ans.

L'automobile ? Le leader sud-coréen Hyundai-Kia Motor, qui détient environ 80% de parts de marché dans la péninsule (45% et 35%) et qui réalise la majeure partie de son chiffre hors du pays, voit ses ventes dégringolées dans ses zones de prédilections, à savoir l'Europe et les Etats-Unis. 

Sur le Vieux Continent, après des mois de hausse pour Hyundai, le mois de mars affiche une chute de 10.3% (association des constructeurs automobile européen). Chez l'Oncle Sam, la chute de Hyundai-Kia était de 7.9% en 2012. Sur les chantiers d'Ulsan, la production commence à ralentir : -2.1% en 2012 par rapport à +21.6% en 2010 et +9.1% en 2011. 

Si la production est bien partie en début d'année par rapport à 2012 (+23% en janvier et +19.8% en février), l'augmentation de +13.1% en mars laisse à penser que la production pourrait continuer de ralentir dans les prochains mois. Pour les constructeurs locaux, les raisons sont simples : la crise économique continue en Europe, les conflits avec les salariés pour ce qui concerne les salaires et les horaires de travail, et l'augmentation des coûts de production. 

Bref, les mêmes problèmes des constructeurs européens depuis une dizaine d'année (hors crise européenne). Cela représenterait un choc pour l'économie nationale, l'automobile représentant 11.4% de la production totale de Corée du Sud avec 1,75 millions d'employés (constructeurs et équipementiers). 

Encore une fois, la Chine, premier constructeur automobile mondial, qui détient 200 millions de propriétaires de permis de conduire pour seulement 100 millions de conducteurs, est un marché à fort potentiel pour tous les constructeurs de la planète. Et cette fois-ci, il faudra probablement s'appuyer sur autre chose que la réussite culturelle du pays (comme Psy et ses millions de vue sur Youtube ou la K-Pop qui s'exporte) pour démonter que le pays s'impose parmi les premières économies mondiales... 

Vous pourriez aussi aimer

1 avis