Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Lee Jae-Yong, Vice-Président de Samsung, tente de se racheter

10 août

Lee Jae-Yong, Vice-Président du groupe Samsung
Lee Jae-Yong (50 ans), plus connu en occident sous le nom de Jae Y. Lee, premier et seul fils du président du groupe Samsung Lee Kung-Hee (72 ans, hospitalisé depuis 2014), et petit-fils de Lee Byung-Chul, fondateur du groupe Samsung en 1938, est le vice-président du groupe Samsung. En d'autres termes, le grand chef comme Tim Cook pour Apple, Jeff Bezos chez Amazon ou Larry Page pour Alphabet Inc. (Google). C'est tout simplement la troisième personne la plus riche du pays après un parcours bien entendu atypique au sein du premier groupe coréen. Il commence en 1991 et monte les échelons à une vitesse grand V : Vice-Président du Planning Stratégique, puis "Chief Customer Officer" (CCO), un poste créé spécialement pour lui. Puis plus rien, son père quitte son poste de Président suite à un souci d'évasion fiscale. En décembre 2009, après avoir divorcé, il revient sur le devant de la scène en prenant le poste de Chief Operating Officer (COO) de Samsung Electronics et depuis 2012, il est Vice-Président du groupe et l'un des principaux actionnaires avec 11% de Samsung SDS entre autres.

Lee Byung-Chul, Lee Kun-Hee et Lee Jae-Yong (de droite à gauche)
Mais il n'en reste pas moins qu'il est aussi l'un des patrons les moins appréciés de la péninsule suite au scandale qui a frappé la présidente Park Geun-Hye, lui valant au passage sa destitution, une première dans une démocratie. Le scandale Choi Soon-Sil a permis aux procureurs de mettre la main sur Lee Jae-Yong en janvier 2017. Accusé de corruption, de détournement de fonds et de parjure, après un mois d'enquête, il est arrêté le 16 février puis mis en examen le 28 pour corruption et détournement de fonds, après avoir donné près de 30 millions de livres à la présidente Park et sa confidente Choi pour gagner leur faveur. Le 7 août, les procureurs demandent 12 ans de prison et le 25 août 2017, il n'écope que de 5 ans de prison, condamnation à laquelle il fera appel trois jours plus tard. Le 5 février 2018, la cour d'appel décide de suspendre sa condamnation et de la réduire à 2 ans et demi, le laissant sortir libre de sa cellule.



S'il n'a pas encore fait d'apparition publique depuis sa remise en liberté (seuls quelques voyages d'affaires au Canada, en Europe et en Chine), Lee Jae-Yong s'active pour redore l'image du groupe Samsung, écorché tant au niveau local qu'international. L'annonce de mercredi dernier dans les médias internationaux va dans ce sens : 180 000 milliards de wons (160 milliards de dollars) vont être investis dans les trois prochaines années par le groupe. L'objectif est de développer de nouveaux projets de croissance comme l'intelligence artificielle (AI), les réseaux de cinquième génération (5G) ou encore la biopharmaceutique afin d'être moins dépendant des marchés de l'électroniques et des smartphones. Cette annonce survient après que Lee Jae-Yong et le Président Moon Jae-In se soient rencontrés le mois dernier lors d'un passage en Inde. Moon aurait ainsi signifié à Lee l'importance d'une contribution majeure pour l'économie nationale afin de créer de nouveaux emplois, le Président rencontrant actuellement des difficultés pour combattre le chômage, l'une de ses promesses électorales.


72% de cet investissement (130 000 milliards de wons) seront déployés en Corée du Sud et le reste sur les filiales étrangères. Autrement dit, le groupe Samsung compte créer pas moins de 40 000 emplois et près de 700 000 nouveaux postes via ses partenaires. Bref, de quoi répondre aux attentes du Président Moon : innover, créer de l'emploi et supporter la croissance des petites et moyennes entreprises. Pour Samsung, il s'agit de prendre le leadership sur la technologie A.I. (il y a du boulot au regard de Bixby qui n'est pas encore au top), considérée comme la quatrième révolution industrielle et qui influencera le futur des semi-conducteurs et de l'industrie IT. Idem pour la 5G qui permettra de développer de nouvelles puces et de nouvelles technologies pour les voitures auto-pilotées, les robots et les villes intelligentes. Un responsable de Samsung Electronics indique que "90% de cet investissement sera directement apporté par Samsung, tandis que les 10% restant le seront via des partenaires".


Un fonds de 110 milliards de wons va également être mis en place, en coopération avec le Ministère des PMEs et des Start-ups, pour supporter pas moins de 2 500 PME afin de convertir des usines en usines intelligentes, pour ainsi créer environ 15 000 nouveaux emplois. Sur les cinq prochaines années, Samsung supportera 10 000 personnes en recherche d'emploi en fournissant des logiciels d'éducation ainsi que 500 start-ups. Samsung Electronics, de son côté, compte ouvrir son programme Creative-Lab, plus connu sous le nom de C-Lab, et destiné à la base à supporter les innovations de ses employés. Autre objectif : étendre la coopération académique avec ses activités avec un investissement qui passera 40 milliards de wons actuellement à 100 milliards de wons.

Vous pourriez aussi aimer

0 avis