Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Corée du Nord : L’AP ouvre un bureau à Pyongyang

17 janvier

Média – La Corée du Nord serait-elle en train de s’ouvrir sous la nouvelle ère Kim Jong-Un ? Etonnamment, on pourrait presqu’y croire. Et lorsque l’Associated Press, agence d’information américaine, annonce l’ouverture d’un bureau dans Pyongyang, les sentiments sont mitigés. Quel est l’objectif de Pyongyang dans cette histoire ? L’AP aura-t-elle la capacité à conserver ses standards journalistiques dans un pays qui contrôle plus que partout ailleurs ses médias, qui plus est lorsque la création du bureau se fait avec le bureau d’information local, le KCNA (Korean Central News Agency).

Cela aura pris un an à l’Associated Press pour finaliser ce contrat qui lui permet désormais de jouir d’un bureau à plein temps dans la capitale nord-coréenne où elle y installera un photographe et un reporteur, tous deux nord-coréens, sous la supervision de deux américains qui auront accès à la péninsule nord-coréenne de manière régulière. Le bureau de l’AP, ouvert hier après à une cérémonie en présence de Tom Curley (dessus, à gauche), président de l’agence de presse américaine, se situe au sein même de la rédaction de la KCNA. Le président de l’agence nord-coréenne a souligné que cette entente se faisait alors que l’AP a garanti une couverture médiatique de la Corée du Nord avec « équité, équilibre et précision ».

Malgré l’absence totale de relations diplomatiques entre les deux pays, les journalistes de l’AP auront accès à une couverture nationale et non pas centrée sur Pyongyang. Si pour l’AP, le regard du gouvernement sur les photos et articles sera considéré de la même façon que dans les autres pays où il opère, les spécialistes des médias et de la Corée du Nord ne voient pas cela du même œil et s’attendent à des conflits entre l’agence américaine et le pouvoir nord-coréen assez rapidement concernant le traitement des informations. En tout état de cause, l’AP réalise avec ce bureau un coup médiatique important et sera scruté par de nombreux experts de la question nord-coréenne, à commencer par les journaux et le gouvernement sud-coréens.

Vous pourriez aussi aimer

0 avis