L’argent fait le bonheur

9.2.11

L’argent, le fric, le pèze, l’oseille, les biftons, le flouze, les ronds, le pognon, le blé… voilà aujourd’hui ce qui fait le bonheur en Corée du Sud. Dur à comprendre pour certains. Vérité quotidienne pour de nombreux Coréens. Tout tourne autour de l’argent. Que vous ayez 20 ou 60 ans, vous vous distinguerez de l’autre par votre capacité à sortir des « liasses de billet » devant l’autre. Pour certains, ce sera avoir le dernier smartphone, pour d’autres la dernière BM ou la « Hyundai deluxe full-option limousine » (oui, c’est du luxe en Corée). Pour certaines, ce sera avoir fait la dernière opération de chirurgie esthétique tendance, pour d’autres ce sera partir cinq jours sur l’un des plus beaux terrains de golf de la planète. 

Il n’y a qu’à jeter un œil à la dette des foyers : une moyenne de 108 748 dollars de dette par foyer en Corée du Sud en 2010. Et c’est amour pour l’argent se transmet de génération en génération. Le dernier sondage d’opinion mené par une agence de publicité auprès de 200 personnes montre que l’argent est devenu le principal objectif de réussite des jeunes Coréens. La jeune génération ayant vécu la crise financière de 1998, soit les jeunes ayant aujourd’hui entre 25 et 31 ans, considère l’argent comme LE but ultime dans leur vie à hauteur de 78.5%. Pour 60% d’entre eux, la richesse représente le succès, et 68% s’estiment heureux si leur « niveau de vie matériel » (équipement, mobilier, etc.) est élevé. Pour leurs aînés, le taux est moins élevé mais reste important avec respectivement 50.7% et 65.6% des 41-49 ans estimant que la richesse est le succès et le niveau de vie matériel nécessaire à leur bonheur. 

Mais le paradoxe est là. Plus ils sont riches, et plus ils sont heureux, mais ce qui rend le moins heureux les Coréens, c’est l’argent. Il n’est pas rare d’assister à des suicides pour des problèmes financiers (remboursement de dette impossible, soucis financier interfamiliaux, licenciements, etc.). Selon une récente enquête menée par Gallup et Global Market Insight, seulement 7.2% des Coréens ne ressentent aucune relation entre le bonheur et la richesse, contre 24.3% dans les pays analysés (USA, Brésil, Indonésie, Finlande, Danemark, Malaisie, Vietnam, Canada, Australie). 


7.2%, c’est le même pourcentage de gens se considérant vraiment heureux en Corée, la plus petite proportion par rapport aux autres nations (33.9% en moyenne). Mais ce qui est le plus étrange, c’est que, si à l’étranger la richesse est un signe plutôt de dure labeur et de récompense, en Corée, 66.4% estiment que les personnes riches ne le sont devenues que parce qu’elles ont reçu un héritage. 57.6% parlent même de corruption et de moyens illégaux d’obtenir de l’argent. Il y a par conséquent une double vision. Ou plutôt il y a ce qu’il faut dire et ce qu’il faut devenir. Le Coréen espère devenir riche, mais déteste les riches.
Lorsque vous êtes en Corée, le rapport à l’argent est permanent. A titre indicatif, un Coréen possède en moyenne entre trois et quatre cartes de crédit. Que ce soit dans votre relation, votre profession ou avec vos amis, l’apparence est ce qui compte le plus, et dans une société de super-consommation comme la Corée, l’argent est ce qui permet d’apparaître en bonne forme. Il y a un an était publié l’article Investissez dans le mariage ! qui soulignait l’importance de l’argent lors du mariage. « Pourquoi sortir avec une fille attractive mais assistante dans une banque alors qu’il est possible d’en trouver de toutes aussi jolies avec un pouvoir d’achat beaucoup plus important ? » se posaient alors de nombreux Coréens en quête de leur promise. Cela permet de cumuler les salaires et de paraître aux yeux de la société comme un couple riche et heureux. 


En janvier 2010, l’enquête menée par l’agence matrimoniale révélait alors que 50% des femmes donnaient la priorité à l’argent lors de la recherche de leur futur époux. L’endettement des foyers arrivent généralement peu après le mariage, le mari devant emprunter des dizaines de millions de wons pour acheter un appartement et une belle voiture afin de laisser transpirer une bonne « santé financière ». Les Coréens en quête de l’amour de leur vie sont obligés de faire leur preuve financière. Dans un pays où la culture du « speed dating » est plus que courante, les hommes ont droit à des questions bien ciblées par leur possible future conjointe : Quelles études ? Montre la capacité de la famille à payer une bonne éducation puis une grande université à leur fils. Quels biens ? Permet de savoir si l’homme possède d’ores et déjà des biens fonciers, signe de richesse. Quelle situation familiale ? Permet d’identifier une famille solide et donc financièrement puissante ou non. Oui, en Corée du Sud, l'argent fait bel et bien le bonheur !

Vous pourriez aussi aimer

9 avis

  1. ben t'aime l'argent toi aussi

    RépondreSupprimer
  2. Excellente analyse, je suis tout à fait d'accord et vous auriez même pu aller plus loin je pense dans les effets pervers.

    RépondreSupprimer
  3. en tant que prof 18/20 pour la véracité de cette société

    RépondreSupprimer
  4. Oui c'est ce que j'ai constaté aussi , pour eux l'argent fait vrmt le bonheur !!!!

    RépondreSupprimer
  5. Est ce que nous ne pouvons pas dire la même chose dans certains milieux en France ? Car je pense exactement la même chose sur certaine personnes françaises mais bien sûr à la différence des Coréens et Coréennes nous n'aimons pas en parler car tabou donc caché... C'est peut être l'une des cause du grand nombre de célibataire en France que les femmes veulent une sécurité donc en conséquence de l'argent, même s'il y a d'autres paramètres dans un couple. Je pense que nous devenons un peu tous difficile à cause de la crise en générale... J'ouvre le débat pour voir si d'autres pensent comme moi mais d'autres arguments pour ou contre sont les bienvenus...

    RépondreSupprimer
  6. Plutôt d'accord, quasiment tous les pays développés de la planète en sont là, toutes les personnes sont "accroc" à l'argent, qu'ils en aient ou pas, et c'est normal puisque personne ne peux plus vivre sans argent, tout est conçu pour y être totalement aliéné.

    Après, l'éducation et la "moralité" des uns ou des autres, obligent à plus ou moins de dissimulation de leur véritable sentiment envers la richesse.

    RépondreSupprimer
  7. L'argent, c'est la plus puissante des religions.

    RépondreSupprimer
  8. pas si different du 16eme les gars

    RépondreSupprimer
  9. Il y a plein de choses que l'argent modifie, motive, ou anihile dans le rapport azux autres. A commencer la femme qui refuse de se marier pour ne pas perdre sa pension alimentairte versée par son ex... Ensuite, celui qui ne cherche pas à se sortir de la spirale du chômage, au risque de voir s'envoler cette mane sécuritaire...L'attraction des femmes pur l'homme riche, symbole de pouvoir, de réussite et de sécurité... La justice à 2 vitesses, selon que vous soyez riche ou misérable...

    RépondreSupprimer