Tendance : « un espresso et un sachet de lessive, s'il vous plaît ! »

04 décembre


La Corée du Sud est un des premiers marchés du café dans le monde. Le pays du Matin clair représente 6 % du marché total en Asie-Pacifique. D'après les rapports sur le secteur, un sud-Coréen boit en moyenne 12,3 cafés par semaine et la consommation par tête s'établit à 2,3 kg de café par an. 

En 2018, 26,3 milliards de café ont été servis dans un État qui ne compte pourtant que 51 millions d'habitants. En termes de volume de revendeurs d'americano et autre vanilla latte, le pays compte environ 49 000 cafés dont plus de 18 000 rien que sur Séoul ! Autrement dit, environ 1 café pour 1 000 personnes...

Le marché local est dominé par trois grands groupes : bien entendu, le géant américain Starbucks qui enregistrait en 2017 pas moins de 114,4 milliards de wons de profits, grâce à ses plus de 1 140 magasins à travers le pays. Twosome Place tient toujours et essaye même de se développer globalement avec sa franchise chinoise depuis 2011. Il compte 500 boutiques dans la péninsule. Et enfin Ediya Co qui est premier en nombre de magasins (environ 2 200 dans le pays) et troisième en termes de recettes. 


Si les grandes chaînes dominent les grandes artères et autres centres commerciaux de la capitale, de plus en plus de jeunes entrepreneurs tentent l'aventure avec plus ou moins de succès. Les plus prometteurs finissent par se développer en franchise comme Bean Brothers par exemple, les plus supportés financièrement, comme Paik Dabang, commencent dès leur lancement par ouvrir des cafés dans tous les endroits clés, et les plus aventureux mènent leur barque dans les petits quartiers de la capitale et essaye de devenir tendance par tous les moyens. 


Dans les années 1990-2000, les sajus cafés ont connu une certaine notoriété. Ces cafés où des tireurs de cartes et autres diseurs de bonne aventure vous prédisaient votre avenir. Ensuite, dans les années 2000, les book cafés ont poussé comme des champignons. Des sortes de bibliothèques bruyantes avec le bruit de la machine à café, les personnes qui lisent et celles qui viennent discuter. Puis dans les années 2010, les cafés avec des animaux (cats cafés, sheep cafés, donkey café, etc.) ont commencé à envahir les gros quartiers touristiques comme Myeongdong, Hongdae, Sinchon, etc. 


Désormais, la tendance du newtro (faire du neuf avec du rétro) s'impose de plus en plus, comme les cafés dans les usines désaffectées ou dans de vieux saunas gardés en l'état, ou les cafés thématiques. Et parmi eux, il y en a un qui semble se dégager de plus en plus. Il s'agit du café-laverie. Des espaces où les clients viennent laver leur linge tout en dégustant un café. 

Des lieux qui invitent avant tout les échanges entre les gens, un peu comme ce que permettait les laveries de quartier autrefois. Ces cafés fonctionnent car le nombre de foyers d'une personne ne cesse d'augmenter. Vivant dans des appartements de petites tailles, ils ne possèdent pas forcément les équipements nécessaires au lavage et au séchage du linge et privilégient par conséquent ce genre d'espace. Un peu comme les commerces de proximité ouverts 24h/24h et qui servent de frigo géant pour ses personnes vivant seules. 


Laundry Project est un des initiateurs. Il a ouvert dans le quartier de Haebangchon, là où vivent beaucoup de jeunes dans des petites villas, des studios bon marché. Son patron, Lee Hyeon-deok a voulu faire de cet espace, ni une laverie, ni un café, mais un lieu basé sur les rencontres entre les gens. 

S'il avoue "ne pas avoir été sûr de son coup au départ", il a été surpris par le succès rencontré peu de temps après son ouverture. Des voisins se retrouvent pour boire un café tout en lavant leur linge, certains finissent même par créer de véritable connexion en travaillant ensemble... au final, le café rapporte plus que la laverie. Et il n'hésite pas à décliner sa marque en vendant des vêtements Laundry Project ou des produits de nettoyage comme la marque française Briochin. Bref, préparez-vous par conséquent à voir des laveries ouvrir ici et là dans les prochains mois !   

Vous pourriez aussi aimer

1 avis

  1. The materials Sissy Panties is good for system parts that have to be flexible, similar to touchscreens. Proponents of the graphene choice declare it considered one of the|is among the|is doubtless considered one of the} most flexible of 3D-applicable materials. We are interested to proceed with your assist for our research on 3D-printing. Our institute is entitled with nicely furnished "RESEARCH AND DEVELOPMENT CENTER" .

    RépondreSupprimer