Ouverture d'un hôpital coréen interdit aux Coréens

06 décembre


Won Hee-Ryong, gouverneur de l'île de Jeju, située à la pointe Sud-est de la péninsule coréenne, a annoncé hier lors d'une conférence de presse "l'approbation pour l'ouverture du Greenland International Hospital à la condition qu'il ne fournisse ses services qu'aux étrangers". Développé par Greenland Group, un promoteur immobilier chinois dont le siège est basé à Shanghai, cet hôpital a été construit entre 2015 et 2017 dans la zone Jeju Healthcare Town, qui s'étend sur 1,5 millions de mètres carrés sur la côte Sud de l'île, entre Chunjiyeon Square Waterfall et Seosokkak. Le groupe chinois a investi pas moins de 77,8 milliards de wons (61 millions d'euros) pour mettre sur pied cet établissement qui compte 47 lits d'hôpitaux et une centaine d'employés, et dont l'objectif premier est bien entendu le profit.

 Green Tea Seed Serum Innisfree

Cette décision va à l'encontre des recommandations publiques qui demandaient son interdiction ainsi que d'une récente enquête menée auprès de la population locale qui se montrait opposée au projet à auteur de 60%. C'est une loi du gouvernement de Park Geun-hye qui autorisa en 2015 à Greenland Group de créer cet établissement. La loi en question permet la construction l'hôpitaux pour les patients étrangers dans des zones économiques spéciales (comme Jeju) à la condition que plus de 50% du capital provienne d'investissements étrangers.

Le Greenland International Hospital va se concentrer à apporter des services de grande qualité aux riches chinois qui envahissent la petite île de Corée du Sud, avec en premier lieu de la chirurgie esthétique et des services dermatologiques. Le gouverneur a précisé que l'établissement ne serait en aucun cas lié au système de santé sud-coréen et les assurances santé nationales ne seront pas acceptées. Le Bureau gouvernemental provincial de Jeju a été pris d'assaut par des manifestants opposés au projet dès la conférence de presse de Won Hee-Ryong terminée.


Pour nombreux, l'ouverture d'un tel établissement basé sur le profit est dangereux pour le système de santé local car il peut générer une sorte de polarisation des services médicaux dans le pays. D'un autre côté, les hôpitaux dits publics ne représentent que 5% des services hospitaliers de la péninsule sud-coréenne. La majeure partie des établissements sont privés et basés sur le profit comme les dermatologues à chaque coin de rue, la chirurgie esthétique ou encore les maternités et instituts post-natal qui s'en mettent généralement plein les poches.

Vous pourriez aussi aimer

0 avis