Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Le 28 janvier 2010 en Corée du Sud

28 janvier

Investissement : Les moteurs ciblés
Les investissements dans les moteurs de croissance vont bien croître de manière significative, rapporte une enquête conduite par le ministère de l’économie et du savoir et la Chambre de commerce et d’industrie locale. Que ce soit dans les LED, les biotechnologies, l’environnement ou les énergies renouvelables, les investissements devraient augmenter de l’ordre de +8.3% sur l’année 2010. Sur les 538 sociétés interrogées au mois de novembre, la tendance est claire : 57.8% d’entre elles miseront sur les moteurs de croissance, les conglomérats augmentant leurs investissements à hauteur de 12.6% et les PME de 6.1%. Les LED qui auront été l’une des nouvelles technologies au top en 2009 tant pour la télévision avec des écrans ultraplats que
pour les équipements électroniques portables avec des écrans OLED et AMOLED, les investissements prendront +15.9% avec des applications toujours plus variées, de l’automobile au médical. Ce devrait être le secteur le plus concerné par de nouveaux investissements en production et recherche et développement. Ensuite vient dans l’ordre le biomédical (+11.3%), les systèmes de transports écologiques (+10.2%), les énergies renouvelables (+9.1%), les nouveaux matériaux à base de nanotechnologies (+8.6%), des villes écologiques de pointe (+7.2%) et la fusion des systèmes IT (+7.1%). Voila de quoi sera fait l’année en R&D pour la Corée du Sud. Dans une moindre mesure, les entreprises continueront à consacrer également des recherches dans l’industrie agro-alimentaire, dans les industries de diffusions de programmes et de communication, dans les logiciels de contenu, les applications robotiques, les énergies à faibles émissions de carbone et la gestion des eaux à hautes températures. Les investissements devraient prendre en moyenne et de manière annuelle +6.2% entre 2009 et 2013. La Chambre de commerce a insisté sur l’appui nécessaire du gouvernement pour booster la R&D et simplifier les conditions d’investissements pour renforcer l’économie à travers les nouveaux moteurs de croissance. Sur la R&D, le budget du gouvernement dédié aux moteurs de croissance devrait être augmenté de 16.5% en 2010, à 1.6 trillion de wons.

Tendance : Hello, my name is Nono
La dispariti
on des professeurs d’anglais « native » serait-elle proche ? La fin des professeurs canadiens, anglais, australiens et américains. Les experts de la robotique en sont certains : la deuxième décennie de ce nouveau millénaire verra les robots remplacer les profs d’anglais dans les écoles. Cette remarque était faite à l’unisson lors du forum qui réunissait 150 spécialistes de la robotique à Séoul à la fin de la semaine dernière. Dès 2015, les robots devraient être capables de venir en aide aux enseignants dans les classes d’anglais et dès 2018, les robots devraient pouvoir enseigner et communiquer directement avec les élèves. La première étape, qui a déjà commencé, est l’enseignement de l’anglais par vidéoconférence, le professeur restant chez lui dans son pays anglophone et enseignant l’anglais par l'intermédiaire d'écrans géants installés dans les classes. Technique permettant également l’interaction par webcam. Pour Kim Shin-Hwan, économiste à l’institut de recherche Hyundai, les quelques 30 000 professeurs d’anglais « natifs » perdront leur emploi en Corée dans un futur pas très lointain. Le e-learning sera donc le mot clé des 5 prochaines années, les robots pouvant, dans ces conditions, être contrôlés par l’être humain. L’objectif serait alors de trouver des personnes contrôlant les robots à travers tout le pacifique. Des tests sont déjà en place pour les robots assistants les enseignants, comme dans deux classes élémentaires de Masan, à proximité de la ville de Pusan. Les développements faits sur les robots de services serviront également à apporter un support aux autres enseignants dans les établissements. Les robots seront également une solution pour enseigner l’anglais dans des lieux où les anglophones ne souhaitent pas vraiment s’aventurer, comme en campagne ou dans des îles isolées. Le seul blocage pourrait être le prix, mais les experts comptent sur l’apport du gouvernement pour développer sur la durée ces nouvelles techniques d’enseignement.

Technologies : L’iPad à 30% coréen
Steve Jobs a mis fin,
hier, aux rumeurs qui courraient à propos du prochain produit du groupe Apple lors de sa conférence en Californie. Ce sera donc l’iPad (vidéo de présentation ci-dessous), une tablette tactile pouvant être prise pour un MacBook tactile ou un iPhone géant. En tout cas, Apple offre le chaînon manquant entre ces deux produits. Disponible en avril en WiFi (de 499 à 699 dollars) et en WiFi/3G (de 629 à 829 dollars) pour trois modèles (16, 32 ou 64Go), les Coréens se frottent déjà les mains. Pas les consommateurs, les entreprises. Car ce nouvel appareil électronique portable sera composé à plus de 30% de produits coréens. D’après UBS Securities, le géant Samsung Electronics, leader mondial de la fabrication de puce et cartes mémoire, s’occupera de la partie mémoire-flash et de l’AP (application processor), tandis que LG Electronics, deuxième plus grand fabricant d’écran à cristaux liquides, prendra en charge la conception de l’écran du nouveau produit Apple. Les deux géants coréens de l’électronique ont déjà noué des relations étroites avec Apple pour la production de l’iPhone, LG Electronics étant sous-contrat pendant cinq ans avec Apple pour délivrer des écrans LCD au géant américain. Les batteries de l’iPad devraient également être importées de Corée du Sud. Le lancement de cette tablette risque encore une fois de révolutionner l’industrie du digital et des médias. Les applications, les jeux et les e-books devraient également voir de nouvelles opportunités se créer. Seul souci aujourd’hui pour Apple, le nom iPad est détenu et utilisé depuis 2000 par l’entreprise franco-italienne STMicroelectronics. Un souci de petite ampleur tant on se souvient comment Apple avait récupéré en 2007 le terme iPhone détenu par Cisco depuis 1996 (le côté financier n’ayant jamais été dévoilé lors des négociations entre Apple et Cisco).


Industrie : Le plan de LG Electronics
Avec un profit sur opérations qui a quadruplé lors du quatrième trimestre 2009, LG Electronics peut se targuer d’avoir des objectifs élevés pour 2010. Ses profits sont en effet passés de 101.4 milliards de wons au dernier trimestre 2008 à 446.7 milliards de wons sur la même période l’an dernier. La première fois que le groupe atteint un tel résultat lors d’un dernier trimestre. Sur les ventes, le groupe a cru de +6.8% à 14.2 trillions de wons. Les investissements seront réalisés en conséquence : 3.1 milliards de dollars pour l’année 2010, un nouveau record pour le deuxième producteur mondial d’écrans plats. Bien loin des 2.2 milliards de l’année dernière. Malgré u
n contexte économique que le groupe qualifie encore d’incertain, LG reste confiant et mise sur la R&D et les nouvelles usines, tant en Corée que dans les pays émergents. Pour cela, LG Electronics devrait dynamiser ses fusions/acquisitions à travers le monde pour remporter davantage de parts de marché cette année. Pour la R&D, la priorité sera donnée aux smart-phones, aux téléviseurs LED-Backlit LCD, aux télévisions 3D qui deviennent un marché naissant, et aux énergies renouvelables. Pour la construction des usines, le groupe mise sur de nouvelles usines en Inde et sur une extension des capacités de production des panneaux solaires. Pour les télévisions, LG Electronics cible 25 millions de télévisions LCD vendues en 2010, dont 7 millions de LED-Backlit, ainsi que 4 millions de téléviseurs Plasma. Pour la 3D, LG a pour ambition de devenir le leader du secteur dès 2011 avec 3.4 millions de produits vendus d’ici là. Sur le secteur de la téléphonie portable, LG souhaite augmenter ses ventes de 20% à 140 millions de produits en 2010. Au niveau stratégie, le groupe souhaite continuer à embaucher des étrangers sur des postes stratégiques, comme les ressources humaines ou le marketing. La présence d’étrangers à la tête du groupe, comme le franco-suisse Didier Chenneveau en charge de la chaîne logistique, aide LG à se développer rapidement à travers le monde.

En bref : Quoi de neuf en Corée du Sud ?
Football : Le sélectionneur des Guerriers Taeguk a dé
voilé hier sa liste des 23 joueurs qui joueront la Coupe d’Asie de l’Est au Japon le mois prochain (Hong Kong le 7, la Chine le 10 et le Japon le 14 février), et sans surprise on retrouve les jeunes Lee Kun-Ho (8 buts en 27 matchs) et Kwak Tae-Hwi (3 buts en 8 matchs) qui évoluent dans des clubs japonais.
Séoul : Pour préparer l’été prochain et l’invasion certaine des moustiques, les différents quartiers de la ville de Séoul ont décidé d’utiliser des méthodes high-tech d’extermination des larves de moustiques en envoyant des ondes ultrasoniques de 40 kilohertz ou plus dans les réserves d’eau et autres zones sensibles.
Corée du Nord : Lorsqu’on ne parle plus d’elle, la Corée du Nord aime se faire remarquer et pour cela, elle n’a pas hésité hier à procéder à des tirs dans une zone maritime non navigable à proximité de la frontière avec le Sud, sur la côte Ouest, tirs qui ont obligé les autorités de Corée du Sud à répliquer, et malgré les menaces, le régime de Pyongyang entend bien continuer ses tirs aujourd’hui.
Télévision : Ce matin, la Une des médias s’interroge sur la raison pour laquelle KBS2 a mosaïqué le buste (pourtant couvert, ci-contre) de l’actrice Lee Da-Hae lors de la dernière scène du feuilleton historique « Chuno », la mosaïque étant souvent utilisée pour les scènes à caractère sexuelle ou pouvant heurter la sensibilité du public (de la main tranchée à la cigarette à la bouche en passant par la lame d’un couteau).
Média : Les grands groupes et les PME françaises implantés en Corée font de plus en plus parler d’eux en France avec aujourd’hui l’agence digitale Asiance, implantée en Corée du Sud et co-fondée par Olivier Mouroux, qui fait parler d’elle dans le journal La Tribune.

Vous pourriez aussi aimer

0 avis