Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Hana sur les rangs pour racheter Woori

03 août

Finance – Le monde de la finance est en train de bouger en Corée du Sud. L’annonce du gouvernement en fin de semaine dernière concernant la volonté de l’Etat de vendre ses parts de la seconde banque du pays, Woori Finance Holdings Co., où il est majoritaire, a réveillé les autres banques. En effet, le gouvernement souhaite vendre 30% de la banque séoulienne Woori à un potentiel acheteur d’ici le mois de mars prochain une échéance assez courte donc. Il possède un total de 57% de parts dans le groupe financier soit une valeur estimée à 6.8 billions de wons (5.7 milliards de dollars). Cette décision va donc dans le sens de la politique de Lee Myung-Bak qui souhaite voir émerger une super-banque sud-coréenne capable de rivaliser avec les plus grandes banques internationales. Pour les experts, il ne fait aucun doute que ce mouvement soudain est un signe d’une révolution de la finance en Corée du Sud. L’appel d’offre sera ouverte aux locaux et étrangers. Lors de l’annonce, l’action a perdu 2% à 15 000 wons hier. Créée en 2001, la banque Woori va donc disparaître et pourraît être suivi rapidement. Le gouvernement souhaiterait également privatiser la Korea Development Bank et la corporation de l’aéroport international d’Incheon avec une offre publique attendue dans l’année. Pour les racheteurs de Woori, deux pistes sont actuellement sérieuses : KB Financial, le plus grand groupe financier de Corée du Sud, ne souhaite apparemment pas procéder à un rachat de Woori, mais Hana Financial semblerait de son côté avoir son mot à dire. Le président de Hana Kim Seung-Yu (ci-contre) a effectivement fait part de son intention de racheter les parts cédées par le gouvernement. L’appât « devenir la plus grande banque de Corée » attire bien entendu ! Aujourd’hui, seul Hana est officiellement entré dans l’appel d’offre. Mais la route sera semée d’embuches. A commencer par le montant. Hana ne peut pas se permettre de racheter toutes les parts vendues par le gouvernement. Un cadre du groupe dévoile le plan : « nous pouvons payer 2 à 3 billions de wons en cash. Nous procéderons à un échange de nos actions avec Woori ensuite ». Cela ne risque pas de plaire au gouvernement qui vend ses parts afin d’obtenir avant tout du cash. Pour les analystes, il est clair que l’Etat a besoin d’argent pour recouvrir à son maximum le fonds public. L’amitié entre le président Lee Myung-Bak et le président de Hana Financial suite à des études communes à la Korea University dans les années 60 sera-t-elle un élément clé dans les négociations entre Woori et Hana ? Nul ne le sait aujourd’hui. Une bonne relation permet beaucoup de choses, mais entre industrie et politique, les relations peuvent faire émerger de nombreuses critiques de la part de l’opinion publique.
Arosmik, le 3 août 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

0 avis