La Corée du Sud connaît une fin d'année sibérienne

12.12.12


La Corée du Sud n'a pas connu telle fin d'automne depuis 1956. Les températures des 10 premiers jours du mois de décembre ont atteint en moyenne les -7,1 degrés Celsius, la sixième moyenne la plus basse depuis 1907 selon l'observatoire météorologique local. La moyenne la plus basse jamais enregistrée était de -10,4 degrés en 1944. La raison ? Une masse d'air froid apparue 5 kilomètres au-dessus de la Sibérie qui descendait sur la péninsule il y a encore peu de temps mais qui, par chance, se déplace désormais sur l'Est, laissant espérer une fin de semaine normale du point de vue des températures (-1 degré attendu vendredi avant un retour au positif à +3 samedi). La semaine prochaine pourrait cependant se rafraîchir à nouveau, alerte les experts coréens.



Si l'on ne prend que Séoul, le record de ce début du mois de décembre est dépassé avec du jamais vu depuis 1912. Sur seulement quatre jours, la moyenne était inférieure à -10 degrés. En général, le grand froid s'abat sur la Corée autour de la fin du mois de janvier, ce qui surprend les météorologues locaux. La rivière Han, qui traverse la capitale, est déjà glacée, sur toute la largeur sur certaine portion, et avec une épaisseur de 2 à 3 centimètres sur certaines zones. Les Séouliens espèrent que le coeur de l'hiver ne verra pas les températures s'installer à des niveaux plus bas, comme les -20 degrés qui ont frappé la Corée l'année dernière pendant deux jours.

Cette vague de froid fait craindre le pire aux autorités locales. Lundi, une alerte a été mise en place quant à une éventuelle pénurie d'électricité. La Korea Power Exchange, qui travaille sur des prévisions de consommation d'électricité dans la péninsule sud-coréenne, est sur le front, tout comme le ministère de l'économie qui a annoncé la sécurisation de 25,6 millions de kilowatts supplémentaires en gérant plus efficacement la demande et en dynamisant la génération d'électricité dans le secteur privé. L'énergie est l'un des nouveaux challenges de la Corée du Sud. Depuis quelques années maintenant, les été et hiver deviennent les principales sources d'inquiétudes des autorités. Et d'autant plus cet hiver, alors que des centrales nucléaires sont à l'arrêt pour raisons techniques. Sur les cinq dernières années, la croissance de l'offre en électricité est inférieure à celle de la demande...

Vous pourriez aussi aimer

0 avis