Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Le 24 novembre 2009 en Corée du Sud

24 novembre

Tourisme : Toujours plus de touristes
Alors que les chiffres présentés dans le weekend annonçaient 5.78 millions de touristes sur les neuf premiers mois de l’année, une augmentation de 15% par rapport à la même période en 2008, l’organisation coréenne du tourisme parle désormais de 7 millions de touristes au 23 novembre 2009, une augmentation de
14%. Si la Chine (-14.2%) et le Japon (-25.3%) voient leur statistique dégringoler, la Corée peut se vanter d’attirer toujours plus de visiteurs, dont de nombreux Chinois et Japonais. La raison ? Une stratégie marketing poussive avec de nombreux prix remportés à l’étranger (China’s 2009 Voyage Travel Brand Annual Award) et surtout un won faible offrant des opportunités de shoppings très intéressantes (surtout pour les Japonais) ont été les clés du succès de la Corée. Quatre ans après avoir dépassé la barre des 6 millions, la Corée passe donc un nouveau cap avec 7 millions de visiteurs aujourd’hui, problablement 7.8 millions d’ici la fin de l’année, et se donne des objectifs ambitieux avec 10 millions de touristes en 2012 mais surtout 20 millions de touristes attendus d’ici 2020. Si la stratégie marketing fut importante, la faiblesse de la monnaie locale due à la crise reste l’élément le plus attractif : les Japonais (39.4%) et Chinois (17.3%) réunis représentent plus de 55% des touristes présents en Corée cette année. Les Américains sont les premiers occidentaux à venir en Corée avec 7.9% (en troisième position). L’accord signé l’année prochaine pour permettre aux Coréens et aux Chinois de se rendre dans l’un et l’autre pays pour une durée de 30 jours sans visa devrait dynamiser encore davantage les chiffres.

Politique : Sejong, ville majeure
22 instituts de recherches coréens et étrangers, 50
0 000 habitants, 66 crèches, 41 écoles primaires et 21 collèges et tout cela d’ici 2030 : voilà les objectifs fixés pour la ville de Sejong. La Corée pourrait revoir son slogan « Sparkling Korea » en « Ambitious Korea ». Le premier ministre Chung Un-Chan peut se condisérer heureux de voir les plus grands laboratoires de recherche prêts à venir installer des branches de leur activité dans Sejong : International Vaccine Institute, Asia Pacific Center for Theoretical Physics, Max Planck Society, National Fusion Research Institute, Korea Institute of R&D Human Resources Development ou encore le Korea Institute for Advanced Study. Sejong devrait à terme devenir une zone favorisant le monde du business « écologique » avec une politique d’attraction des investissements étrangers, le gouvernement souhaitant proposer des réductions d’impôts comme c’est déjà le cas dans les multiples zones franches économiques du pays. Alors que depuis 2005 tout le monde, le président en premier, parlait de faire de Sejong la nouvelle capitale administrative du pays, le courant à tourner en deux petits mois, et ce malgré la colère de l’opposition et des habitants de la région, avec un nouveau plan dirigé par le premier ministre et validé par Lee Myung-Bak pour faire de la ville un centre de haute-technologie, de sciences, d’éducations et d’affaires.

Commerce : Des millions pour l’Afrique
Le président Lee Myung-Bak recevait hier son homologue sénégalais Abdoulaye Wade, l’occasion pour lui de renouveler ses intentions d’expansion de l’aide Sud-coréenne a
ux pays africains en annonçant une ODA (assistance officielle de développement) multipliée par deux dans les trois prochaines années. La Corée du Sud, si elle garantit d’apporter un fort soutien au Sénégal, promet surtout une aide importante dans les domaines de l’agriculture, des services sociaux et de l’éducation. De son côté, le président Wade est prêt à accueillir davantage d’investisseurs Sud-coréens dans son pays mais également partout en Afrique (les échanges commerciaux ont atteint 48.3 millions de dollars en 2008). Si l’appui de la Corée du Sud en Afrique peut s’avérer nécessaire, il ne faudrait pas tomber dans le piège de ce que fait la Chine sur le continent africain, avec des investissements extrêmement lourds, des centaines de milliers de Chinois débarqués dans certains pays, la construction de villes chinoises dans certains déserts, etc., tout ça pour s’accaparer bien souvent des puits de pétrole en échange de main d’œuvre et de réalisations d’infrastructures. La présence de la Corée en Afrique du Nord et au Moyen-Orient s’intensifie depuis 5 ans. Le forum Corée-Afrique qui s’ouvre aujourd’hui sera l’occasion pour Lee Myung-Bak d’imaginer un nouveau futur pour les relations entre la péninsule et le continent.

Internet : Google finit par s’adapter
Google Korea se décide enfin à se fondre dans le monde de l’Internet coréen en annonçant pour le mois de décembre une refonte de sa page d’accueil davantage
« coréanisée ». Cette refonte importante du portail devrait désormais s’axer sur différents thèmes : informations, spectacles, photos, blogs populaires, recherches alternatives, etc. Ce sera donc une première pour Google à travers le monde, mais la Corée du Sud est si particulière, qu’il paraît presque bizarre que le portail américain n’ait pas pris cette décision beaucoup plus tôt. La simplicité, point fort de Google, a donc perdu face à la folie graphique des sites coréens qui dominent de très loin le portail américain, à l’image de Naver et Daum. Naver écrase le marché avec 66% de parts, suivi par Daum avec « seulement » 20% de parts et Nate vient ensuite mais gagne des parts après avoir intégré le portail de réseau social Cyworld (le Facebook sauce coréenne). Parallèlement, Google Korea ne souhaite pas faire de son portail un « bazar de données » qui ralentirait sa page d’accueil, mais un portail sophistiqué et rapide à la fois. La page sera dominée par la case « recherche » surplombée du logo Google, laissant place ensuite aux différents modules (blogs, news, etc.). Les services Textcube, Gmail ou Picassa seront disponibles en bas de page. Pour ce qui est de la recherche, de nouvelles catégories seront créées avec « related topics », « hot topics » et « related search words ». Au niveau de la publicité, Google tend à avoir une politique agressive avec des prix attractifs et des alliances stratégiques, sachant que pour le reste, Google ne peut rien faire. Un nouveau tournant pour l’Internet coréen ? Le chemin est encore très long (voire sûrement interminable) pour atteindre la puissance de Naver !

En bref : Quoi de neuf en Corée du Sud ?
Produit : Même si sa sortie officielle n’est que dans 5 jours, l’iPhone est d’ores et déjà le téléphone étranger qui connaît le plus grand succès avec 15 000 commandes déjà passées sur le site de KT, mais il pourrait également modifier le paysage de l’Internet mobile en Corée tant pour les jeux
sur portables, que pour l’accès à Internet ou le porte-monnaie électronique.
Culture : Séoul organise pour la deuxième année consécutive à partir de la mi-décembre le « Winter Light Festival » qui aura lieu cette année non pas à Cheonggyecheon mais sur Gwanghwamun Plaza avec pour thème « le miracle de Séoul : le design par la lumière » qui verra les buildings autour de la place éclairés de mille couleurs.
Emploi : L’argent plutôt que la sécurité, voici le résultat de l’enquête menée par Statistic Korea qui révèle que 36.3% des chercheurs d’emploi donnent de l’importance aux salaires contre 30.4% qui préfèrent la sécurité de l’emploi, ce qui se reflète chez les plus jeunes (15-29) avec respectivement 28.6% et 17.6% .
Santé : Alors qu’un enfant de 16 ans a montré des signes de paralysies après s’être fait injecter le vaccin contre la grippe A, des chercheurs de l’université de Chonbuk en Corée ont annoncé la création d’un tissu capable de stériliser le virus H1N1 et le virus de la grippe aviaire, ce qui à terme servirait pour la production de nouveaux masques, de vêtements non-tissés et de filtres.

Vous pourriez aussi aimer

1 avis