Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Nouvelle menace de la Corée du Nord

24 janvier

Au regard des dernières déclarations nord-coréennes, il n'est pas difficile de comprendre que nous sommes proches de l'automne ou du printemps, saisons inspiratrices pour la famille Kim dans le domaine du nucléaire souterrain. Pressentie l'an dernier après l'échec du lancement du satellite en avril pour célébrer le 100e anniversaire du père fondateur Kim Il-Sung, un essai nucléaire (le troisième après ceux d'octobre 2006 et mai 2010) serait actuellement sur les rails pour défier une énième fois la communauté internationale. Une première du genre (nucléaire) pour le fiston Kim Jong-Un. Cette menace est vraisemblablement une réponse à la condamnation du Conseil de sécurité des Nations-Unies suite à l'envoi du satellite (cette fois réussie) le 12 décembre dernier.

L'ONU a en effet annoncé que des "actions signifiantes" seraient menées dans le cas où la Corée du Nord réitérait un tir de missile longue portée ou un essai nucléaire. Histoire de prouver que le régime nord-coréen ne se laissera pas faire face aux "démons américains et sud-coréens". Selon la Corée du Sud qui examine attentivement de l'espace les mouvements sur le terrain nord-coréen suspecte les autorités nord-coréennes de vouloir réaliser un nouvel essai du côté de Punggye-ri, situé au Nord-Est de la péninsule (province de Hamgyeong). Du côté diplomatique (si cela s'appelle de la diplomatie), le chargé des affaires étrangères en Corée du Nord a tout simplement rejeté via une annonce de l'agence d'information nord-coréenne une reprise des pourparlers multilatéraux sur la dénucléarisation de la péninsule ainsi que les précédents accords trouvés (en particulier l'Accord du 19 septembre) lors des pourparlers à six (abandonnés depuis maintenant 5 ans).

Une annonce qui tombe à un moment délicat dans la zone Asie-Pacifique, Obama venant de lancer son deuxième mandat à la tête des Etats-Unis, la Corée du Sud étant en pleine transition avec la prise de pouvoir de Park Geun-Hye le 25 février, le Japon ayant à sa tête le fraîchement élu Shinzo Abe et la Chine apprenant à vivre sous son nouveau chef Xi Jin-Ping. Un véritable casse-tête entre ses quatre pays qui ont pourtant entre les mains une possible résolution de la situation périlleuse de la Corée du Nord. De manière grossière, l'équation pourrait être la suivante : les USA s'entendent avec la Corée et le Japon mais pas la Chine, la Corée s'entend avec la Chine mais pas le Japon, la Chine s'entend avec la Corée du Nord mais pas avec le Japon et les USA. Et quand ces quatre (Chine, Corée du Sud, Japon, USA) trouvent un terrain d'entente, c'est la Russie qui vient mettre son grain de sel. Pour la Corée du Sud, la situation n'est pas rassurante. Les experts n'excluent pas la possibilité d'assister à un véritable troisième essai nucléaire de l'autre côté du 38e parallèle qui réaffirmerait la volonté du régime communiste d'être considéré comme un état détenant l'arme nucléaire.

Vous pourriez aussi aimer

3 avis

  1. Quand vous dîtes "la Corée s'entend avec la Chine mais pas le Japon", vous parlez de quelle Corée? Nord, Sud ou les 2?

    RépondreSupprimer
  2. vaux mieux la paix que la Guerre ne regle rien et rappeller vous que dieu a crée cette belle création pas pour la Détruire mais plustot pour Construire afin d y vivre en paix et en toute Sécurité pensez a vos enfants pensez a l avenir pensez ainsi a vos vies ce lui qui va posé le premier Geste C est ce lui la qui serra l agresseur si cette Guerre éclate dieu va intervenir ca c est Certain A.D 2013

    RépondreSupprimer
  3. de puissant Séisme sont a venir et sa va continué tout au long de ce conflit

    RépondreSupprimer