Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Corée du Sud : encore trop de bébés adoptés

22 novembre

Tendance – Lorsqu’un couple d’américains décide d’adopter un enfant d’origine étrangère, il y a plus de chances que l’enfant soit coréen que d’un autre pays. La Corée est le premier « exporteur » de bébé vers les Etats-Unis selon le rapport annuel 2011 du Congrès publié vendredi dernier. Sur les 2 047 enfants étrangers adoptés par des familles américaines, 734 viennent de Corée du Sud soit plus du tiers des adoptions (36%). Le deuxième pays se place très loin derrière la péninsule avec 216 enfants philippins, suivi de l’Ouganda (196), de l’Inde (168) et de l’Éthiopie (126). Les enfants coréens partent également vers la Suède (74), la Canada (60), la Norvège (43) et l’Australie (18).

Depuis 2003, la Corée du Sud se plaçait en quatrième ou cinquième position avant qu’elle ne prenne
le leadership en matière de bébés adoptés cette année. Autour du globe, le premier pays d’adoption reste la Chine avec 2 589 enfants en 2011 sur les 9 320 adoptions enregistrées. Elle est suivie de l’Éthiopie (1 727) et de la Russie (970). La Corée du Sud est le quatrième pays du monde à voir ses progénitures partir pour de nouveaux horizons avec 736 enfants cette année. Viennent ensuite l’Ukraine, les Philippines, l’Inde, l’Ouganda et Taïwan. Selon le ministère de la santé, en 2010, 40% des bébés à adopter l’auraient été par des couples étrangers, soit 1 013 enfants sur les 2 475 adoptions l’an dernier, un chiffre trop élevé pour un pays qui se place au 13e rang des économies mondiales.

La convention des adoptions de la Hague stipule pourtant bien dans ces textes qu’un « pays doit tout faire pour retenir ses enfants dans le pays. Il doit éviter tout trafic humain et faire en sorte de respecter les droits fondamentaux des enfants. Des mesures appropriées doivent être mises en p
lace afin de faire en sorte que l’enfant puisse rester dans le pays. L’adoption par un couple étranger devant être le dernier recours dans le cadre d’une adoption ». Mais la Corée reste l’un des plus grands « exportateurs » d’enfant, peu de couples coréens n’osant franchir le pas, par exemple, en adoptant un enfant handicapé. Seulement 3.5% des enfants handicapés sont adoptés par des locaux.

Si la perception de l’adoption change progressivement, les adoptions nationales étant passées au-dessus des adoptions internationales en 2007 suite à une série de mesures de soutiens publics, le chemin est encore long.
Près de 90% des enfants adoptés en Corée sont de mères célibataires, les soutiens financiers pour les jeunes mères célibataires étant encore trop rares. Le gouvernement a décidé de lancer une première mesure afin de réduire les adoptions internationales ; à partir du mois d’août 2012, les étrangers souhaitant adopter en Corée devront attendre la décision de la cour des familles, un obstacle procédurier important.

Vous pourriez aussi aimer

3 avis

  1. Si on rapporte à la population, la Corée est première... Très intéressant et où l'on découvre que les critères sont bien plus complexes que juste l'idée qu'on va chercher des enfants dans les pays pauvres. Je pensais que rien qu'en Asie, la Thailande ou le Vietnam était encore très "exportateurs". Aucun pays d'Amerique du Sud... ou arabe non plus. Comment, personne pour adopter un petit afghan ?

    RépondreSupprimer
  2. Sujet complexe.

    D'abord, la cause du grand nombre d'abandons d'enfants : pas d'éducation sexuelle donc beaucoup de jeunes filles (18 ans) tombent enceintes. Il y a énormément de dénis de grossesse en Corée.

    Ensuite, l'adoption nationale n'est pas entrée dans les moeurs en Corée, donc il n'y a pas assez d'adoptions nationales.

    Ca ne plaît pas au gouvernement qui n'aime pas l'image du pays "exportateur" d'enfants, donc ils favorisent l'adoption nationale en confiant des enfants sans trop de sélection et en aidant financièrement les couples adoptants.

    En Thailande, il y a de plus en plus d'adoptions nationales.
    Au Vietnam, il y a encore beaucoup d'abandons dus à la pauvreté et d'adoptions. Les chiffres de 2011 sont faibles car 2011 est une année de transition, le Vietnam signant la convention de La Haye.

    L'adoption est impossible dans les pays arabes, à cause de la loi islamique.

    RépondreSupprimer
  3. en coree celle qui laisse l'enfant recoit une indemnite de 30 000 dollars environs, il y a peu de temps la coree demandait reparation au japon pour le sex slave durant la 2d guerre, mais ils oublient qu'ils vendent eux-meme leurs enfants.

    RépondreSupprimer