Corée du Sud : les couples mixtes se séparent

4.11.11

Société – Un fait finalement pas surprenant. Qui dit augmentation des unions mixtes dit augmentation des divorces mixtes. Mais le nombre de divorces interraciaux prend de plus en plus de poids dans les divorces en Corée du Sud : 12.3% à en croire le bureau des statistiques pour l’an dernier. Et en fin de compte, lorsque l’on regarde les chiffres de plus près, la part des mariages interraciaux dans les mariages en Corée n’a pas vraiment augmenté entre 2008 et 2010, avec 11.2% des mariages en Corée il y a trois ans, contre 10.9% en 2009 et 10.8% en 2010 (35 098 unions). Les cas les plus fréquents touchent bien entendu les unions entre un Coréen et une femme Sud-est asiatique ; difficulté de langages, problèmes d’adaptation à la société sud-coréenne, bas revenus générés par les hommes souvent en campagne, etc. Ce problème ne frappe cependant pas uniquement la Corée du Sud. Son voisin, l’archipel nippon, est également concerné avec 7.6% des divorces qui concernent des couples mixtes avec des mariages mixtes qui comptent pour 4.9% de tous les mariages au Japon. Le bureau des statistiques, lors de la publication de ce rapport hier, a avoué avoir été surpris et ne pas détenir toutes les clés pour expliquer un tel niveau des divorces. La donnée économique est la première qui vient à l’esprit. Une enquête menée en 2009 avec le ministère de la santé montrait que 60% des familles mixtes avaient un revenu moyen inférieur à 2 millions de wons et 20% touchaient moins d’un million de wons. Le problème, c’est qu’au centre de ces couples, il y a un enfant : 16% des divorces laissent un enfant sur la paille. Les parents ont en moyenne 46.9 ans pour les hommes et 37.8 ans pour les femmes, des couples qui divorcent après 4.7 ans de mariage, 60% ne dépassant pas les cinq années d’union. Selon les statistiques enregistrées, parmi les femmes, les Chinoises représenteraient plus de la moitié des divorces interraciaux, à savoir 53.6%, suivi des Coréennes à 21.9% et les Vietnamiennes à 12.1%. Côté hommes, les Coréens divorcent le plus dans le cadre d’une union mixte à hauteur de 73.6%, suivi des Japonais à 11.5% et des Chinois à 10.6%. Si les mariages sont les plus nombreux dans la province Sud (14.5%) et Nord (11.4%) de Jeolla et à Jeju (11.2%), les divorces frappent principalement la province de Gyeonggi, Séoul et la province Sud de Gyeongsang. Cette tendance devrait se poursuivre, et ce malgré les efforts menés par le gouvernement pour venir en aide à ces étrangères. D’ici cinq à dix ans, il ne serait par ailleurs pas étonnant de compter de plus en plus de divorces d’occidentaux avec des femmes coréennes. Sur les cinq dernières années, les mariages entre Coréennes (principalement) et occidentaux ont fortement augmenté et pourraient conduire à des divorces plus complexes que ceux entre communautés d’Asie du Sud-Est et Sud-Coréens.

Vous pourriez aussi aimer

0 avis