Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Quoi de neuf en Corée du Sud ? (1/3)

22 mars

Insolite – La Chine se moque ouvertement de la Corée du Sud, les médias Internet de l’Empire du Milieu réduisant à l’état de ridicule les forces de secours sud-coréennes envoyées au Japon en lançant une fausse rumeur sur la toile expliquant « qu’une équipe de cinq personnes accompagnée de deux chiens a perdu l’un des deux animaux sur place et qu’ils auront du mal à le retrouver, le Japon comptant plus de 100 millions de bêtes », profitant de ces rumeurs pour enfoncer la Corée du Sud en prenant d’autres exemples comme lors du tremblement de terre au Sichuan, en Chine, où cette fois-ci les journalistes en prennent pour leur grade, des informations qui se répandent rapidement et qu’il est difficile d’arrêter.
Justice – La jeune patineuse Kim Yu-Na (21) se lance dans un procès avec son ancienne agence de management IB Sport, qu’elle a quitté en avril dernier pour créer sa propre agence de management, demandant le remboursement de 900 millions de wons (800 000 dollars) qui aurait été versés à son agence suite à des contrats publicitaires qu’elle a multiplié l’an dernier (Hyundai Motor, Kookmin Bank, etc.), une demande rejetée par IB Sport qui contre-attaque en portant plainte contre la patineuse pour non-respect du contrat et demande 100 millions de won.
Politique – La fin d’année sera chargée en Corée du Sud avec les élections présidentielles, les candidats du DP (parti démocratique) et du PPP (parti de la participation du peuple), Sohn Hak-Ryu (gauche) et Rhyu Si-Min (droite), décidant de se la jouer en solo et non d’unir leur force pour venir à bout du parti au pouvoir, à moins que l’un des deux domine les débats en ce milieu d’année et réussisse à établir une coalition, Rhyu se tenant en deuxième position (10%) dans les sondages et Sohn en quatrième position (7%), Park Geun-Hye étant en tête avec plus de 30%.
S
uicide – Un jeune homme de 19 ans, étudiant dans la deuxième plus prestigieuse université du pays, le KAIST (institut coréen avancé de science et technologie), s’est suicidé à 6:35 dimanche après-midi en se jetant de son appartement situé à Suwon, en banlieue de Séoul, une deuxième disparition depuis le début de l’année pour le KAIST, l’homme laissant une note d’excuses pour ses parents et sa sœur, ne montrant aucun signe de dépression ou de stress.

Vous pourriez aussi aimer

0 avis