Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Corée du Nord : Kim Jung-Il est mort

19 décembre

Cette fois-ci, il semblerait bien que ce ne soit pas une rumeur comme Internet nous y a tant habitué ces dernières années. C'est la chaîne nord-coréenne Chosun Joongang TV qui a annoncé à 12:00, par l'intermédiaire de sa speakerine vêtue d'un hanbok (vêtement traditionnel) noir porté lors des décès, le décès du "Cher Leader" Kim Jong-Il (voir ci-contre : URGENCE Corée du Nord : Kim Jong-Il est mort). Une information reprise très rapidement par toutes les grandes chaînes de Corée du Sud qui ont interrompu leur programme.



Kim Jong-Il (69 ou 70 ans, sa date de naissance n'étant pas vraiment connu : 16 février 1941), victime d'un accident vasculaire cérébrale en août 2008, avait retrouvé des forces au fil des mois. Malgré la nomination de son dernier fils Kim Jung-Un en septembre 2010 comme successeur officiel, il conserva d'une main ferme la gestion du pays le plus enclavé au monde.

Il serait mort de fatigue à 8h30 du matin le samedi 17 décembre lors d'un déplacement en train (son moyen de transport préféré, Kim Jong-Il souhaitant toujours rester sur la terre ferme). La presse parle d'une crise cardiaque, tout comme son père en 1994 qui fut victime d'un arrêt cardiaque à 82 ans. Ci-dessous, l'après-décès de Kim Il-Sung.


La mort de Kim Jong-Il sonne la fin d'une ère. Successeur du fondateur de la Corée du Nord Kim Il-Sung, Kim Jong-Il comptait fêter dignement en 2012 les cent ans de la naissance de l'éternel président, année qui sonnait également la naissance d'une "nation forte et prospère"... Désormais, la Corée du Nord est entre les mains de Kim Jong-Un (à gauche sur la photo) qui pendant ces deux dernières années aura rapidement été intégré à la tête du pays.

La Corée du Sud a placé toutes ses unités militaires à la frontière avec le Nord et dans les régions sensibles (iles de la côte Ouest et en mer à l'Est) en état d'alerte générale. Le niveau "DEFCON" est passé du niveau quatre au niveau trois. Le Président Lee Myung-Bak a annulé toutes ses visites prévues pour une réunion d'urgence au Palais présidentiel avec le Conseil de sécurité national. Il s'est entendu au téléphone avec Barack Obama pour travailler étroitement sur les suites des événements portant sur la Corée du Nord (l'armée américaine surveillera de manière plus intensive les mouvements dans la péninsule nord-coréenne dans les jours qui viennent).

La situation entre les deux Corée est extrêmement sensible et les changements de pouvoir en Corée du Nord et en Corée du Sud (fin 2012) risquent de créer une situation flottante dans la péninsule pendant quelques mois... Kim Jong-Un va devoir prendre la succession sur fond de tension entre les têtes pensantes du régime communiste et la Corée du Sud ne va probablement pas jouer dans la continuité politique, Lee Myung-Bak et son parti le Grand parti national n'étant pas au plus haut dans les sondages. Le diplomate américain Christopher Hill, ancien négociateur sur les pourparlers à six sur le nucléaire, avoue craindre une certaine instabilité : "Kim Jong-Un n'est pas encore prêt à prendre en main le pays".

Le nouveau "Cher Leader" n'est en effet âgé que d'une vingtaine d'années et est fraîchement marié à une étudiante (2010). Il va devoir prendre en main un pays qui souffre de malnutritions, un pouvoir où les luttes sont de plus en plus virulentes (d'autant plus après le décès de Kim Jong-Il) et une globalisation qui n'échappe pas au royaume ermite avec des accès à Internet et des soulèvements de villageois de plus en plus fréquents.

Les derniers articles sur le Cher Leader sur encoreedusud.com :
- Un septième enfant pour Kim Jong-Il
- Kim Jong-Il est sur la fin
- Corée du Nord : pas de révolte en vue...
- Quoi de neuf en Corée du Nord ?
- Tunisie, Egypte, Lybie... Corée du Nord ?
- 2MB craint-il Santa Kim ?

Vous pourriez aussi aimer

0 avis