Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Deuxième mandat pour le maire de Séoul

04 juin

Séoul – A la vue des résultats finaux, le maire sortant de Séoul, vainqueur des élections locales, Oh Se-Hoon, n’a pas explosé de joie. Avec seulement 26 412 voix de plus que la candidate du partie d’opposition (Parti Démocrate) Han Myeong-Sook, on ne peut pas dire que ce soit l’heure d’exulter sur la place publique. Et il le sait. Oh Se-Hoon a d’ores et déjà annoncé que son second mandat serait forcément semé de nombreuses embuches. Agé de seulement 49 ans, Oh était vu avant même les élections comme le vainqueur sur Séoul. Même à ses côtés, les vices-maires prédisaient la déconvenue de Han Myeong-Sook. Il aura fallu attendre 14 heures avant de connaître l’issu du vote à Séoul, prouvant à quel point c’était serré. Dans son discours d’hier matin, le maire de Séoul est resté humble : « J’accepte la victoire humblement… ce fut une victoire pleines de cicatrices. Je pensais être virtuellement vaincu ». Bref, une victoire courte, mais une victoire qui lui permet de reprendre la direction de la plus grande ville du pays pour cinq nouvelles années. D’un point de vue plus locale, les bureaux des districts de la capitale ont été pris par le parti d’opposition. Sur les 25 districts, seul 4 sont passés sous le contrôle du GNP. Les cinq prochaines années devraient offrir un gouvernement quelque peu différent des cinq précédentes. Avec une majorité des sièges au Conseil de la ville détenue par le Parti Démocrate, la politique tournée vers la croissance, politique prôné par le président Lee Myung-Bak, ne s’imposera plus si facilement. Pour les experts en politique, cette très courte victoire d’Oh Se-Hoon et la défaite du parti au pouvoir dans de nombreux districts de la ville sont du fait de la tendance anti-Lee Myung-Bak qui règne sur le pays depuis des mois, voire des années. La victoire de Oh ne pourrait être finalement du qu’à sa bonne réputation publique. Il a eu la chance de ne pas connaître de difficultés lors de son premier mandat et d’avoir réussi certains de ces projets au sein de la mégalopole sud-coréenne. « Les résultats si serrés sont principalement dû à un antagonisme public contre la politique de l’Etat » selon les experts. Il ne reste plus qu’à savoir la nouvelle politique que va instaurer le maire Oh Se-Hoon.
Arosmik, le 4 juin 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

0 avis