Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Un kidnappeur sud-coréen impardonnable

16 juin

Société – Nom : Kim Soo-Chul. Âge : 45 ans. Actualité : Kidnappeur et violeur d’enfants. Depuis neuf jours, date à laquelle il commit son crime, il fait la une de l’actualité en Corée du Sud. Retour sur les faits : Peu après la fin des cours le lundi 7 juin, une jeune élève de l’école de Yeongdeungpo âgée de seulement 8 ans reste dans son établissement afin de suivre un cours du soir. En traversant la cour de récréation pour rentrer chez elle, Kim Soo-Chul kidnappe la jeune fille, l’emmène chez elle puis la viole. Le campus était vide à cette date, l’école ayant décrété la journée en tant que vacances scolaires. 10 heures plus tard, la police intervient et le retrouve. Aujourd’hui en détention, il n’en serait pas à son premier coup. Un carnet électronique dont il était en possession contenait 10 noms de femmes avec leur numéro de téléphone et leur numéro de compte bancaire. Par ailleurs, ce kidnappeur a déjà été arrêté à plusieurs reprises pour des accusations similaires. La police sud-coréenne montre donc quelques lacunes en termes de contrôle des anciens détenus ayant commis des crimes sexuels. Surtout que les résidents de la zone témoignent aujourd’hui en indiquant qu’il trainait souvent accompagné de jeunes filles. Hier, l’heure était à la reconstitution des faits en public. Une sortie du kidnappeur-violeur très médiatisée. Vêtue d’un t-shirt rouge, les mains attachées, Kim Soo-Chul a refait les gestes qu’il avait faits le jour du crime : menace de l’élève avec une arme de poing, kidnapping, viole dans la maison. Le temps d’un court entretien avec la presse présente hier, il s’est platement excusé : « Je suis désolé. Le monstre assoiffé de sexe qui est en moi m’a conduit à faire cela ». Avant de rajouter : « Je mérite de mourir ». Ce jour-là, il semble qu’il ait été en état d’ivresse et qu’il était hors de contrôle au moment de l’arrestation. Les individus qui se trouvaient à proximité des lieux de la reconstitution lui hurlaient des insultes. L’élève de huit ans se trouve actuellement dans des conditions physiques sévères. D’après les médecins qui s’occupent d’elle, il faudra des mois de soins médicaux intensifs pour la sortir d’un tel trauma.
Arosmik, le 16 juin 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

0 avis