Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Mouvement en Corée du Nord

08 juin

Politique – C’était le rendez-vous des grands pontes nord-coréens qui se déroulaient hier pour la session exceptionnelle (deuxième dans la même année) du Parlement à Pyongyang. Et comme les experts s’y attendaient, il y a eu du mouvement à la tête de la dictature dirigée par Kim Jong-Il. Et comme d’habitude, la famille en profite pour se placer. En promulguant son beau-frère, Kim Jong-Il a clairement montré que la passation de pouvoir vers son plus jeune fils Kim Jong-Un prendrait forme au fil des prochains mois. Jang Song-Thaek, haute personnalité du Parti des Travailleurs et connu pour être un proche du jeune fils de Kim Jong-Il, a ainsi été nommé vice-responsable de la commission de la défense nationale, soit l’organisation la plus puissante de la péninsule Nord. Un pion de plus placé stratégiquement pour supporter le fiston. De la même manière, Choe Yong-Rim, proche de Kim Jong-Un et secrétaire en chef du comité de la ville de Pyongyang du Parti des Travailleurs, prendra désormais la place de Kim Yong-Il, responsable du Cabinet. D’après les spécialistes de la question nord-coréenne, il ne fait aucun doute que, lorsque Kim Jong-Il (68) ne sera plus à même de conduire le pays dans la « bonne »direction, Jang Song-Thaek prendra les reines de l’oligarchie le temps de guider Kim Jong-Un au sommet de la dictature communiste. Étonnement, aucune explication concrète n’a été donnée pour justifier la tenue d’une deuxième session du parlement qui a permis de remanier une grande partie des officiels. L’incident du Cheonan ayant provoqué la fermeture de la frontière entre les deux Corée et une situation plus que tendue entre les deux côté du 38e parallèle pourrait bien en être la raison. Peut-être qu’ils attendent beaucoup des Russes qui examinent actuellement les débris du missile ayant apparemment provoqué le naufrage du navire sud-coréen. Pour Andrei Lankov (ci-contre), spécialiste russe de la Corée du Nord et professeur à la Kookmin University à Séoul, les Russes devront rester le plus neutre possible. « Au mieux, la Corée du Sud les remerciera et dans le même temps, cela anéantira la mince influence que Moscou a sur la Corée du Nord » indiquait-il dans une récente interview avec le Korea Times.
Arosmik, le 8 juin 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

0 avis