Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Panique immobilière à Séoul

24 mai

Immobilier – Cela faisait des années que les appartements s’achetaient et se revendaient à prix d’or. Il fallait bien qu’un jour cela prenne fin, d’une manière ou d’une autre. Il semblerait que la bulle immobilière soit doucement en train de se dégonfler. Pour Real Estate 114, une agence spécialiste du marché de l’immobilier, cela ne fait aucun doute : les prix à Séoul et dans la périphérie (Incheon et Gyeonggi) sont à la baisse. Sur le quartier de Gangnam, le quartier riche de la mégalopole sud-coréenne, les chutes des prix sont importantes après des années de spéculations sur des appartements pourtant pas si récents que cela. Les appartements Eunma, par exemple, situés du côté de Daechi-dong, sont en reconstruction et vendus à un prix de 1.14 milliards de wons, soit 60 millions de moins que l’an dernier. Pour certaines familles, la vie devient vraiment compliquée. Après avoir pris pied dans des appartements au loyer parfois élevé, certaines familles aimeraient bien partir pour quelque chose plus accessible. Mais ce n’est plus possible. Le dépôt donné au propriétaire en début de location reste difficilement récupérable en fin de contrat, aucun nouveau locataire ne montrant signe de vie, les prix étant trop élevé. Pour rappel, la Corée du Sud propose de type de contrat de location : [1] un dépôt très élevé sans loyer mensuel, le locataire récupérant la totalité du dépôt en fin de contrat et le propriétaire « jouant » avec l’argent durant la durée de la location ; [2] un dépôt souvent compris entre 10 et 30 millions de wons qui sera récupéré en fin de contrat, et un loyer mensuel dont les tarifs varient en fonction de la taille et la place de l’appartement. Le dépôt se récupère généralement quand le propriétaire trouve un nouveau locataire, celui-ci donnant la somme du dépôt directement au locataire sortant, évitant au propriétaire de sortir l’argent de la banque pour la remettre ensuite. Pour les experts et le gouvernement, la situation devient inquiétante : est-ce un effet d’après-crise temporaire ou est-ce que la bulle immobilière est en train d’exploser ? De grandes agences financières optent pour la deuxième solution. Pour Shinhan FSB Research Institute par exemple, il ne fait aucun doute que la bulle va éclater : « Avec un changement fondamental de la structure de la population, le marché de l’immobilier local va commencer une longue chute à partir de 2013, après des ajustements jusqu’en 2012 ». Selon cette agence, l’année 2018 sera le début d’une régression tarifaire pour tout l’immobilier de Séoul. Avec une population qui va commencer à décroître en 2020, il ne fait aucun doute que l’immobilier va prendre une sacrée claque dans les années à venir. Du côté du gouvernement, on ne veut pas croire à un renversement de la bulle immobilière : « la probabilité de connaître une chute importante des prix reste basse, il n’y qu’à voir le rebond économique solide de la Corée du Sud ».
Arosmik, le 24 mai 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

0 avis