Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Les mariages transfrontaliers menacent les relations bilatérales

29 juillet

Affaires étrangères – Le meurtre récent de Thach Thi Hoang Ngoc, une jeune vietnamienne tuée récemment par son mari sud-coréen dans la ville de Busan après seulement huit jours de mariage alors qu’une réunion ministérielle entre la Corée du Sud et le Vietnam avait lieu, risque de faire bouger pas mal de choses dans les mariages transfrontaliers entre les Coréens et les jeunes filles d’Asie du Sud-est qui se multiplient au fil des mois. Si le ministre des affaires étrangères Yu Myung-Hwan a tenu à adresser ses sincères regrets suite à cette tragédie, une réunion d’urgence a été organisée entre les deux ministères pour évoquer différentes mesures à mettre en place pour éviter un nouvel acte de ce genre. Les actes de violence enregistrés en Corée entre un Coréen et une étrangère d’Asie du Sud-est sont croissants, poussant certains gouvernements étrangers à revoir leur politique d’émigration vers la Corée du Sud. Au mois de mars, le Cambodge a ainsi interdit les mariages en Corée du Sud entre Cambodgiennes et Coréens jusqu’à nouvel ordre (ces mariages représentaient 60% des unions transfrontalières avec les pays d’Asie du Sud-est). Depuis 2007, le Vietnam a renforcé la loi pour éviter toute dérive dans ce genre de mariage organisé. Le trafic sexuel et la violence domestique qui concerne souvent les Coréens issus des régions rurales de Corée du Sud sont en train de nuire sérieusement à une Corée du Sud qui souhaite se créer une image de pays avancé. Le républicain Han Sun-Kyo du Grand parti National indiquait que pour beaucoup de Sud-coréens, ces jeunes femmes étaient considérées comme des « produits exotiques » pouvant être achetés facilement. Les statistiques révèlent que près de 140 000 femmes en provenance de Chine, du Vietnam et des Philippines se sont installées en Corée dans le cadre de mariages interraciaux. Le processus est simple. Les jeunes Coréens payent une petite fortune à des agences de mariages transfrontaliers et participent à un voyage organisé dans l’un des pays où ils rencontrent plus d’une centaine de femme plus jeunes en général parmi lesquels ils choisiront leur future femme une première fois. Bref, un peu ce que l’on connaît en France avec les Pays d’Europe de l’Est ou encore en Australie avec l’Asie du Sud-est et aux Etats-Unis avec les Philippines. La vie de ses femmes est souvent difficile en Corée du Sud. Certes, les violences physiques sont inacceptables, mais même d’un point de vue culturel, ces femmes souvent sans grande éducation doivent s’adapter à une culture très particulière et une langue difficile à maîtriser. Avec des hommes très souvent quadragénaires et des femmes plutôt âgées d’une vingtaine d’années, il est facile de comprendre que des conflits naissent rapidement dans ces couples. La Corée du Sud doit désormais s’empresser pour éviter tout nouvel incident, sans quoi ses relations avec les pays d’Asie du Sud-est pourraient en pâtir sérieusement. Dommage qu’il ait fallu attendre le meurtre d’une personne pour réagir…
Arosmik, le 29 juillet 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

0 avis