Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Séoul électrise ses transports en commun

19 juillet

Transport – Avec son plan de « croissance verte » lancée début 2008 et maintenu malgré une crise internationale qui aura obligé les pays à mesurer leurs investissements, la Corée du Sud ne cesse de se focaliser sur les technologies eco-friendly. A travers ses projets de smart-city (villes intelligentes interconnectés sur des réseaux d’information et de gestion de l’énergie), la quatrième économie asiatique promet une prochaine décennie verte. Et les transports semblent passer en priorité. Dès 2011, les citoyens de Séoul devraient voir circuler des bus électriques, une nouvelle alternative pour les transports en commun. Produits par CT&T, une société créée par d’anciens ingénieurs de Hyundai Motor, ces bus pourront accueillir jusqu’à 20 personnes assises pour une vitesse de 80 kilomètres par heure maximum, une capacité de 80 à 120 kilomètres après chaque rechargement de batterie et une durée de batterie de 6 heures en activité. Son design lui permet d’être plus léger que les autres produits conventionnels du même type, de l’ordre de 40%. Son prix reste accessible : 80 millions de wons (66 528 dollars). CT&T était jusqu’à présent plutôt connu pour être un constructeur de véhicules petit format, de type voiture électrique « E-Zone », qui sont vendus actuellement en Corée du Sud, au Japon, aux USA, etc. Pour ces nouveaux bus, tout est lié à l’efficacité et la propreté : moteur 120kW de Higen Motors, batterie conçue par SK Energy et LG Chem, unité de contrôle par LS Industrial Systems, matériels légers de Hanwha L&C et POSCO, châssis développé spécialement par le KATI (institut technologique de l’automobile en Corée). Ce véhicule est avant tout l’association du savoir-faire « Made in Korea ». Et les ventes ne seront pas uniquement réalisées sur la péninsule. CT&T compte bien exporter ses bus sur les marchés américains, japonais, chinois et européens. L’entreprise coréenne viserait ainsi 12 000 unités l’an prochain (1 billion de wons) et 30 000 bus l’année suivante (3 billions de wons). Des bus devraient être dévoilés au mois de novembre, lors du sommet du G20 qui se tient à Séoul. Hyundai Motor fera de même avec ses modèles déjà présents dans les rues de Séoul depuis juin, ses bus « Elec-city » (ci-contre). La politique du gouvernement coréen pousse les entreprises à produire de tels véhicules. Avec des avantages fiscaux à la clé, les constructeurs se démènent pour sortir des voitures eco-friendly, secteur d’avenir pour le monde entier.
Arosmik, le 19 juillet 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

1 avis

  1. l'indépendance technologique de ce petit pays de moins de 50 millions d'habitant en quelques années est quand même impressionnante.

    RépondreSupprimer