Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

La Corée du Sud adopte Twitter

05 juillet

Internet – La Corée du Sud est définitivement un pays où les marques étrangères peinent souvent à s’imposer, la population préférant souvent les équivalents locaux. Facebook ne marche pas si bien, la faute à Cyworld, un portail de réseau social sud-coréen existant depuis bien plus longtemps. Le moteur de recherche Google ne détient que 3% de parts de marché, la Corée préférant son moteur local Naver (70 à 75% de parts de marché). L’automobile est dirigé par les grands constructeurs locaux que sont Hyundai et Kia (80% de parts de marché à eux deux). Idem pour beaucoup d’autres choses. Mais, pour revenir à Internet, il semblerait qu’une plateforme tire son épingle du jeu. Cette plateforme, c’est le petit oiseau bleu, autrement dit Twitter. Et pourtant, la Corée du Sud possède bien un équivalent coréen baptisé Me2Day. Mais le micro-blogging proposé par Twitter s’impose définitivement sur la toile coréenne. Et la cible ne concerne pas que les geeks et autres fans de nouvelles technologies et d’Internet. Tout le monde s’y met. Même les quinquagénaires et les sexagénaires s’ouvrent des comptes et tweetent leur vie. Au lancement du Twitter en Corée, seules les stars de la télévision et du cinéma s’aventuraient sur ce terrain, parfois dangereux pour certains. Avec les élections, les politiciens se sont mis à tweeter pour influencer les votes des électeurs. Nous pouvons prendre l’exemple de Na Kyung-Won qui a tenu une réunion avec la presse par l’intermédiaire de Twitter lors des élections locales de début juin. Désormais, les grands conglomérats se prennent au jeu, tout comme les vieux écrivains sud-coréens et les politiciens de l’ancienne génération. Le président du groupe Doosan, Park Yong-Maan (55) en est le parfait exemple. En tweetant tous les jours, il est arrivé à attirer l’attention des journalistes sans que son groupe n’ait fait quoi que ce soit d’intéressant. Plus récemment, c’est la politicienne Park Geun-Hye (58), fille du général Park Chung-Hee (président autoritaire de Corée du Sud de 1963 à 1979), ancienne leader du grand parti national (GNP), et l’écrivain Hwang Sok-Yong (67). Park Geun-Hye (@gh_park) enregistre plus de 16 000 suiveurs sur son Twitter seulement un mois après avoir ouvert un compte et il semblerait qu’elle l’édite elle-même, sans passer par son secrétariat. D’après les instituts de recherche spécialisés sur la toile, plus d’un demi-million de Coréens seraient inscrits sur Twitter et passeraient de long moment à échanger sur cette plateforme. Semiocast révélait récemment que la Corée du Sud se classait au 7e rang mondial en nombre de tweets (petits messages de 140 caratères), juste derrière les Etats-Unis, le Japon, l’Indonésie ou encore le Brésil. Selon Clientopedia, la langue coréenne est la sixième langue la plus utilisé sur Twitter avec une part de 2.05%. Profitez-en pour suivre le blog sur Twitter @encoreedusud.
Arosmik, le 5 juillet 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

0 avis