Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Quoi de neuf en Corée du Sud ? (1/3)

24 août

Séoul – Aujourd’hui, tous les séoulites choisiront d’accorder 50% ou la totalité des repas à l’école gratuitement mais décideront également du sort du maire de la capitale sud-coréenne, Oh Se-Hoon, qui a annoncé plus tôt dans la semaine, en larme et à genoux, qu’il quitterait son siège en cas de référendum raté (plus de 33,3% ne venant pas aux urnes) ou de vote non représentatif de son idée (50% des repas). Entre 6h ce matin et 8h ce soir, 8.38 millions de citoyens sont attendus dans 2 206 bureaux de votes. Les expatriés, sous certaines conditions (visa, durée de séjour, salaire, étude), pourront également se rendre aux urnes. Pour en savoir plus, contacter la commission nationale des élections (02-503-0883).
Artistes – La Corée du Sud compte un nombre incroyable de mineurs dans le monde du spectacle, rapporte le républication Lee Myoung-Soo. S’appuyant sur les données compilées par le ministère de l’éducation, 366 jeunes étudiants seraient enregistrés à l’association des artistes coréens dont 208 en école élémentaire, 76 au collège et 82 au lycée. Pour Lee, nombreux ne peuvent suivre les cours correctement dû à des plannings « professionnels » trop chargés et le gouvernement ne prend aucune mesure pour apporter une éducation minimale à ces jeunes. Près de la moitié des jeunes est sur Séoul, 97 dans la banlieue de Gyeonggi et 64 à Incheon, avec un grand nombre de filles (199 contre 167 hommes). Au regard de la société, il y a probablement bien plus de jeunes que ces 366, de nombreuses enfants participants à des activités artistiques de niveau professionnel sans s’enregistrer dans une quelconque association. Au-delà de l’éducation, la commission pour le commerce égal a lancé en juin de nouvelles directives pour leur condition de travail et les créations artistiques (éviter les chorégraphies trop provocatrices ou les vêtements trop courts).
Industrie – Kim Ssang-Su, président de KEPCO, géant de l’électrique en Corée du Sud, qui avait entre autre gagné sous la forme d’un consortium un contrat sur du nucléaire aux Emirats Arabes Unis à la barbe des français (Areva-EDF), a décidé de ne pas renouveler son contrat de trois ans à la tête de l’organisation et quitter son poste dès ce lundi, mandat qui arrivait à son terme ce vendredi. Les vice-présidents prennent la relève le temps que le ministère de l’économie trouve un candidat viable. Selon les experts, le départ de Kim était un peu inattendu, mais reflète la colère montante de cet homme contre le gouvernement avec qui il n’a jamais pu s’entendre sur le fait qu’il fallait lier le prix de l’électricité au prix de l’énergie.
Scandale – Un homme de 61 ans, surnommé Kim, présenté dans la média comme un activiste social défendant les enfants de familles pauvres, en aurait en fait profiter pour agresser sexuellement de nombreux enfants après les avoir attiré chez lui. Sur les 21 dernières années, Kim aurait abusé de sept enfants. En 1991, alors qu’il était un sénior d’une église de Uijeongbu au Nord de Séoul, il aurait déshabillé et touché le corps d’un garçon de 15 ans, aujourd’hui âgé de 35 ans.

Vous pourriez aussi aimer

0 avis