Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Corée du Sud : invasion rose nipponne

17 octobre

Affaires étrangères – Le nombre d’étrangers qui émigre en Corée du Sud est en constante augmentation avec de nombreux chinois, japonais et américains. Mais les statistiques concernant les émigrants japonais dévoilées à Tokyo par le ministère des affaires étrangères montrent une tendance quelque peu étrange… Les japonaises sont 4.6 fois plus nombreuses que les japonais à venir vivre en Corée du Sud. Au 1er octobre 2010, le ministère des affaires étrangères recensaient 7 519 japonais ayant le statut de résidents permanents en Corée du Sud, dont 6 182 femmes. Au début de la dernière décennie, le nombre fluctuait entre 808 en 2001, 24 en 2002 ou 71 en 2005. Mais après une réforme sur les règles de naturalisation en 2005, le chiffre a explosé avec 1 622 permanents japonais en 2006 pour atteindre 6 952 en 2009 et dépasser la barre des 7 000 l’année suivante. D’ici peu, le chiffre dépassera la barre symbolique des 10 000 résidents permanents japonais en Corée du Sud, prédit le ministère avec l’appui de l’Ambassade Japonais à Séoul. La population japonaise vivant plus de 3 ans dans la péninsule sud-coréenne a bondi de +60% en 2010. Parallèlement, le nombre de Japonais ayant décidé de vivre hors de l’archipel (au moins trois ans à l’étranger ou avec un statut de résident permanent) n’a pris que +1% avec 1.14 million de nippons émigrants, la plus faible augmentation entre 2000 et 2010. Les étudiants et les hommes d’affaires présents en Corée sur du long-terme n’ont augmenté que de 0.07%. Selon les analystes, la « Hallyu », la vague culturelle sud-coréenne, est la principale raison à la venue des japonais dans la quatrième économie asiatique. Alors que les japonais ont accès à un nombre considérable de musiques et téléfilms coréens, les jeunes femmes sont de plus en plus nombreuses à venir en Corée choisir un époux, espérant probablement ressentir les frémissements qu’elles ressentent lorsqu’elles regardent des téléfilms à l’eau de rose ou lorsqu’elles voient danser de jeunes Coréens aux coiffures volumineuses et vêtements à paillettes sur les scènes de Tokyo ou Osaka.

Vous pourriez aussi aimer

2 avis