Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Les « mi-temps » coréens atteignent le million

24 février

Emploi – Les données du gouvernement sont claires : un million de Coréens ne travaillaient que moins de trois heures et demie par jour en 2009. D’après le bureau des statistiques, la part des travailleurs à mi-temps, qui ne travaillent par conséquent que 17 heures par semaine, représenterait 4% du total des actifs en Corée estimés à 23.5 millions de personne. Le chiffre ne cesse donc de monter depuis 1997, passant successivement de 1.6% à cette époque à 2.9% en 2001 puis 3.3% en 2004. Les employés ne travaillant que 18 à 26 heures par semaine (soit moins de 5 heures par jours) ont doublé depuis 1997, passant de 558 000 à 1.13 millions en 2009. Parallèlement, les travailleurs que l’on appellera « normaux », à savoir ceux travaillant plus de 54 heures par semaine n’a cessé de décroître passant de 42.1% en 2001 à 28.7% l’année dernière. Cette proportion importante de mi-temps fausse les chiffres du chômage en Corée que le gouvernement maintient être à un peu plus de 3%. D’après l’institut coréen du travail, cette augmentation est due au nombre croissant de personnes ayant été touchées par la crise internationale et de ceux préférant varier les emplois afin de travailler moins que lors d’un emploi fixe dans une société. La crise économique reste le facteur critique néanmoins, d’après les experts. Le nombre d’actifs a diminué de 0.3% entre 2008 et 2009. Le stress des nouvelles technologies n’a pas forcément de coïncidence avec ces chiffres, mais il prouve que les employés sont assez sensibles aux nouvelles technologies dans leurs emplois. D’après une enquête de Job Korea, 66.8% des actifs interrogés (857) estiment que les smart-phones sont une énorme source de stress. Pour 62.5%, leur dépendance croissante aux nouvelles technologies provoque également du stress. Assez paradoxal pour un pays qui se veut technologique…
Arosmik, le 23 février 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

0 avis