Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

La problématique du bizutage en Corée du Sud

10 février

Tendances – Alors que la Corée du Sud vit une nouvelle remise des diplômes dans les universités, l’heure est au bizutage. Et on ne peut pas dire que l’année 2009-2010 se termine bien. Depuis une semaine, c’est scandales sur scandales qui font la Une de la presse quotidienne et de la toile. Que ce soit le très connu Dong-a Ilbo ou le journal Khan Sports, les médias publient des photos scandalisantes de jeunes étudiants humiliés en public. Si en France, les problèmes répétitifs voire les décès ont obligé le gouvernement à sortir une loi en 1998 faisant du bizutage un acte puni par la loi (six mois de prison et 7 500 euros d’amende), la Corée du Sud n’est pas encore sur ce rythme là. Et pourtant, l’humiliation est garantie. Si certains « bizus » n’auront reçu cette année que des kilos de farine au visage, d’autres auront dû se jeter en sous-vêtement dans l’eau glacée, marcher en sous-vêtements ou complètement nu dans les rues de Séoul sous la neige, recevoir de la sauce ou du ketchup sur la tête, etc. Cette année n’est probablement pas une année exceptionnelle en termes de rites utilisés pour le bizutage, mais la vidéo tournée par un homme du haut d’un immeuble dévoilant une jeune fille déshabillée par une groupe de vingt personnes (les filles n’hésitant pas à arracher les vêtements de la jeune étudiante et à lui verser de la sauce sur les cheveux tout en la bousculant) a clairement dérangé l’opinion publique. La grande question aujourd’hui sur toutes les lèvres est de savoir si le gouvernement et plus précisément le ministère de l’éducation va réagir suite à la diffusion au grand public de ce genre d’images, une première si massivement.
Arosmik, le 10 février 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

1 avis

  1. P'tain c'est grave sérieux. Je n'avais pas vu cet article, et je suis bien deçu de la mentalité coréenne que je ne savais pas comme ça.

    Autant des trucs marrant, je dis pas (pas d'humiliation et avec le consentement de la personne), mais là, c'est du grand n'importe quoi..

    RépondreSupprimer