Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

La Corée, un pays d'endettés

01 avril

Économie – La dette des consommateurs ne cesse d’augmenter dans la quatrième économie asiatique. D’après la banque centrale, le taux d’endettement sur le revenu national brut (GNI) serait de 80%, un niveau jamais atteint depuis 35 ans. Si l’on se base sur la moyenne de l’année dernière, un coréen moyen devait rembourser sur l’année 17.5 millions de wons (environ 15 500 dollars). Le revenu brut national tournait sur la même période à 21.9 millions de wons (19 360 dollars). Une comparaison élevé, jamais vue depuis 1975, date à laquelle la banque de Corée a commencé à enregistrer cet indicateur. Depuis 2005, ce véritable baromètre financier des consommateurs coréens ne cessent de se détériorer, qui plus est à une vitesse impressionnante : de 69.6% en 2005, il est passé à 77.6% trois ans plus tard pour une dette estimée à 16.5 millions de wons pour un revenu brut national de 21.3 millions de wons. Et le plus inquiétant est lorsque l’on compare la dette au revenu disponible des Coréens (le montant du revenu disponible après paiement des impôts) : sur 2009, le ratio fait un bond et atteint 153%, bien loin des 129% de 2005. Et surtout bien loin de la dette sur le revenu disponible des Américains qui depuis 2007 n’arrête plus de diminuer (de 138 à 129%). Alors que la Corée était en dessous des Etats-Unis sur cet indicateur en 2005 (129 contre 131%), son ratio est resté sur une croissance active au fil des années dépassant dès 2006 le taux des Etats-Unis de trois points de pourcentage (138 contre 135%). Les intérêts ont également bien augmenté, rien que sur l’année dernière : un citoyen moyen payait en octobre 2009 42,000 wons d’intérêts, soit une augmentation de 7.4% par rapport au mois de janvier de la même année (39,000 wons). Cela rapporte le chiffre à 168,000 wons pour un foyer de quatre personnes par exemple. D’après les analystes, les foyers pourraient payer jusqu’à 2 millions de wons par an d’intérêts. La semaine dernière, le président Lee Myung-Bak s’est dit inquiet quant à un effet boule de neige sur l’endettement des foyers coréens. Des mesures doivent selon lui être prises rapidement pour éviter que l’endettement vienne ralentir les conditions du marché aujourd’hui plutôt favorables. Selon les analystes, l’endettement des ménages est l’une des principales causes du ralentissement de la consommation de l’an dernier. Ils parlent d’un ralentissement de 140 millions de wons dû à l’endettement croissant des foyers, une première corrélation de ce genre depuis la crise de 98.
Arosmik, le 1er avril 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

0 avis