Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Le navire Cheonan refait surface

16 avril

Enquête – Trois semaines après le naufrage du navire militaire Cheonan en mer Jaune, le bateau a refait surface hier et devrait permettra aux enquêteurs d’expliquer aux familles ce qu’il s’est réellement passé. Le bateau, remonté par une grue géante installée en pleine mer, contenait 36 corps de marins. Quelques uns avaient été retrouvés en mer au fil des jours mais il manquerait encore 8 personnes qui composaient l’équipage du navire encore à bord lors du naufrage. En tout, ce sont 46 des 104 marins qui sont décédés dans ce drame qui a réellement secoué la Corée du Sud. D’après les premiers éléments de l’enquête, l’explosion qui aurait coupé le bateau en deux ne viendrait pas de l’intérieur du Cheonan, mais bien de l’extérieur. Les officiels de l’armée défendent en tout cas cette thèse. Une équipe d’investigation a été exceptionnellement mise en place avec des experts civils et militaires : USA, Grande-Bretagne, Australie et Suède sont réunis en Corée pour analyser la carcasse. Des bateaux de la Navy coréenne sont déjà sur les eaux équipés de sonar et de caméras sous-marines pour collecter les débris et si possible la mine ou la torpille qui aurait provoqué l’incident. Le président Lee Myung-Bak suit de très près cette affaire devenue nationale. Les conditions météorologiques actuelles ont pour une fois été avec les enquêteurs qui ont pu sans soucis remonter le navire qui se trouvait à 25 mètres de profondeur, de 9h à 12h11 hier matin. 40 personnels de l’armée sont ensuite entrés dans la carcasse pour récupérer les corps des marins. Ceux-ci ont été recouverts de linceuls blancs et transportés sur le navire Dokdo où ils ont pu être identifiés. D’après les images tournées par les médias coréens, il est possible de constater que la quille du bateau ne semble pas avoir été très endommagée et que l’armement qui se trouvait à bord était apparemment intacte. Actuellement, quatre scénarii sont possibles concernant cet événement dramatique : une torpille issue d’une attaque nord-coréenne, une mine sous-marine laissée par la Corée du Nord ou la Corée du Sud, une explosion à bord du bateau ou une fissure de la coque due à un mauvais entretien. C’est l’un des sujets les plus sensibles du moment. Et 46 familles attendent impatiemment de savoir « pourquoi ». D’après les premiers éléments, l’explosion externe est donc favorisée. La structure du navire ayant été repliée vers le haut, il semblerait que l’explosion ait eu lieu dessous ce navire de guerre de 1 200 tonnes. Le gouvernement a cependant appelé à éviter toute précipitation dans cette affaire ultra-délicate. La population est également invitée à éviter toute spéculation inutile. Énerver le Nord ne serait pas un bon signal. Le résultat de l’enquête va se faire attendre avec une grande impatience maintenant que le navire a été retrouvé.
Arosmik, le 16 avril 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

0 avis