Drop Down MenusCSS Drop Down MenuPure CSS Dropdown Menu

Lee Kun-Hee est de retour aux affaires

25 mars

Industrie – A 68 ans, le « big boss » du plus grand groupe coréen revient aux affaires. Écarté du groupe Samsung il y a deux ans dans le cadre d’une investigation criminelle portant sur des transferts illégaux, Lee Kun-Hee reprend son siège de président du groupe comme cela était prévu depuis le mois de décembre dernier, lorsque le président de la république lui avait accordé son pardon. Ce pardon avait une raison très simple. S’appuyer sur l’expérience de Lee pour permettre à la Corée du Sud de remporter l’appel d’offre pour les Jeux Olympiques d’Hiver de 2018 à Pyeongchang, le président de Samsung étant membre du CIO (Comité international olympique). Son retour aux affaires a été bien coordonné. Au cours du mois de février, les présidents des différentes filiales du groupe sont allés le rencontrer pour le persuader de reprendre la présidence du groupe. Rhee In-Yong, senior vice-président de la communication de Samsung, précise cependant que Lee Kun-Hee n’intégrera pas le Conseil d’administration du groupe. Selon les cadres dirigeants de Samsung, le conglomérat a eu du mal à atteindre une cohésion parfaite entre les différentes opérations commerciales bien que son fils Lee Jae-Yong, considéré comme la troisième génération de président du groupe, ait pris la direction des opérations pendant l’absence de son père. Le retour de Lee Kun-Hee devrait introduire une stratégie davantage effective, accélérer les investissements et améliorer les synergies entre les filiales. Il faut dire qu’avant son départ, Lee agissait réellement comme une tour de contrôle des quelques 60 filiales de Samsung. Lors du CES 2010 de Las Vegas, il avait pourtant annoncé que son retour aux affaires se ferait que si Samsung tombait dans une crise… Le groupe n’a pas l’air d’avoir beaucoup souffert malgré l’instabilité économique de 2008-2009. Mais toujours est-il que Lee Kun-Hee est accueilli comme un véritable sauveur. L’entreprise la plus appréciée de Corée (Fortune, mars 2010) serait-elle en danger ? « Les plus grandes entreprises internationales sont en train de souffrir et il n’y aucune garantie que Samsung soit une exception. Dans les 10 prochaines années, les produits qui aujourd’hui représentent Samsung n’existeront plus. Nous n’avons plus le temps d’hésiter, il faut redémarrer la machine » indique Lee. Serait-ce là une stratégie de la peur pour justifier son retour dans le groupe ? Les témoignages et emails appuyant son come-back n’arrêtent pas de fuser sur la toile. L’un des exécutifs qui ne souhaite pas révéler son nom explique que Lee Kun-Hee a été choqué par les problèmes du groupe japonais Toyota, ce qui l’aurait en partie motivé à revenir. Une communication très bien orchestrée. Le retour de la concurrence inquiéterait également, comme Sony qui revient dans le monde de la télévision avec de nouvelles ambitions. Pour les cadres du groupe, il faut que Samsung arrête de compter uniquement sur ses industries de base pour développer de nouvelles activités et ne pas tomber dans le panneau de Toyota, cas qui en inquiète plus d’un au sein du chaebol. Avec le retour de Lee Kun-Hee, une attention toute particulière sera portée sur la relation avec son fils Jae-Yong. Les deux autres filles auront également quelques années supplémentaires pour asseoir leur style de management au sein du groupe dirigé par leur père.
Arosmik, le 25 mars 2010 en Corée du Sud

Vous pourriez aussi aimer

0 avis